Edipresse: un gratuit qui coûtait la peau des fesses

20 septembre 2008 | par | Pas de commentaire Plus loin

Certains se souviennent sans doute des grandes idées du groupe Edipresse notamment prêt à manger du régional pour expliquer aux professionnels comment un journal se fait.

C’est ainsi qu’il y a quelques années, le groupe fit l’acquisition du Journal du Nord Vaudois à Yverdon-les-Bains, expliquant à qui voulait l’entendre et notamment à ses rédacteurs qu’intégrés au sein du grand groupe solide dynamique et humain, « abrités » en somme, ils pourraient tout à loisir pratiquer leur métier d’informer. Selon leurs méthodes et leurs convictions. On entendit bien sûr aussi que jamais le titre ne serait abandonné, qu’il serait traité comme une antenne du groupe mais avec son autonomie.

Ca c’est pour la théorie, puisqu’en deux temps trois mouvements, les grands capitaines lausannois décidèrent de … ne pas conserver le titre, et de faire paraître un gratuit régionalisé qui obéissait à des objectifs purement mercantiles.

Quelques professionnels courageux, visionnaires et pas naïfs ne l’entendirent pas de cette oreille, quittèrent le groupe lausannois et fondèrent en 2005 le tri-hebdomadaire La Région Nord Vaudois, qui sans être une mine d’or se porte très bien et constitue, avec son lectorat grandissant, une alternative professionnelle régionale de première qualité ainsi qu’un support publicitaire apprécié.

La cohabitation avec 24 Heures Hebdo Nord Vaudois dura quelque temps, pour être plus précis jusqu’à cette semaine passée. Edipresse a dû constater qu’il n’avait plus qu’à rendre les armes et cesser de faire paraître sine die feu son gratuit régional qui s’est révélé être un bide complet et coûteux.

On connaît donc un détail de plus dans le soin avec lequel il a préparé la charrette de mises à pied annoncée récemment (pardon de départs volontaires….). Un gratuit de Edipresse phagocyté par une petite publication régionale ambitieuse, l’évènement est à remarquer car il est plutôt rare.

Et pour couronner le tout, non content d’avoir dépensé des sommes astronomiques pour rien et d’avoir fichu à la porte quelques professionnels de grande qualité, le groupe, qui s’est mué en mendiant, a sonné à la porte des actionnaires indépendants de la Région Nord Vaudois, pour leur offrir de prendre une petite participation symbolique de 24 % dans la société qui édite le numéro du vendredi …et un siège sur 5 au conseil d’administration, soit juste le droit de se taire.

Par ambition ? pour recaser du monde et atténuer la charrette ? absolument pas, simplement pour tenter de gagner encore quelques sous en ramenant en partie sa régie publicitaire dans le giron…

Qui a dit que le monde était cruel ? celui des médias romands est sans pitié, en tous cas pour les rédacteurs et aussi pour les lecteurs qu’on ballade avec des annonces fracassantes de nouvelles formules à venir dès le 11 octobre …. la formule idéale pour maigrir en s’enrichissant, sans doute.

Post scriptum: les résultat financiers du groupe Edipresse pour le premier semestre 2008 sont donc en hausse, si on n’avait pas bien compris … bien sûr les revenus qui augmentent proviennent de participations hors de Suisse. Amen.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Médias

Laisser un commentaire