Le nouvel évangile selon Uli Windisch

2 février 2012 | par | 13 commentaires Plus loin

Le sociologue multi-cartes remet la compresse avec son nouveau site lesobservateurs.ch, pour expliquer au monde entier pourquoi il pense juste et pourquoi les autres ont tort.

Pourquoi seule une pensée de droite bien rigide et dépassée a sa place dans le décor naturel de l’analyse.

Pour nous servir sa soupe il ne crache d’ailleurs pas dedans, largement soutenu qu’il est par des financiers du genre Tettamanti/Basler Zeitung et autres.

L’ennui avec Windisch, c’est que son écriture n’est guère affriolante, et que malgré son âge avancé, l’ordonnancement de sa rhétorique laisse encore largement à désirer.

De la rage dénigrante, il tire un stupéfiant « Ne pas se laisser intimider, qui n’est pas sans rappeler le « Ne pas subir « de la Nation . du défunt Pamphlet d’un  certain Paschoud.  La Nation, de son côté toujours bien vivante, a au moins Qui lui au moins avait de la tenue intellectuelle.

20 ans pour en arriver là est un paragraphe qu’il devrait s’appliquer d’abord, en multipliant cependant les décennies.

Quant à la possession idéologique, aux ténèbres et à la lumière selon Windisch, ce sont autant de proclamations proches du catéchisme occultiste, mais très éloignées de l’analyse.

En plus, dans sa cuisine quasi militaire, notre sociologue s’est entouré d’un quarteron de has-been auquel il ne manque que Derder et Décaillet. Mais sans doute ces derniers seront-ils chroniqueurs invités.

Bref, même le design du site est nul, pour le prix. Il ne vaut donc surtout pas la peine de passer sur lesobservateurs.ch, ce nouveau « journal en ligne », lancé avec la complicité un peu forcée de la RTS, et qui prétend pompeusement et non sans arrogance vouloir expliquer au monde comment remédier au politiquement correct..

Revu à 11 h 20 sur la base du commentaire justifié, merci, de François

Tags: , , ,

Catégorie: Médias

Commentaires (13)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. A la lecture du premier numéro je relève que tous les articles sont signés par des journalistes très à droite et qui presque tous appartiennent à la catégorie des « has been ». N’ayant aucun sens de l’humour et pétri de leurs obstinations libérales et liberticides ils n’ont plus voix au chapitre depuis belle lurette ce qui en soit est un bien pour les jeunes générations.

    Bien entendu ce tabloïd UDC dérape sur les plates bandes de « La Nation » cet étendard de la pensée vaudoise et radicale.

  2. François dit :

    Cher « Kalvin Whiteoak »,

    1. « Ne pas subir » est la devise du Pamphlet, pas de La Nation.

    2. Vous dites que La Nation « au moins avait de la tenue intellectuelle ». Sachez qu’elle est bien vivante et a toujours autant de tenue intellectuelle !

    Cher « passant ordinaire »,

    La Nation est certes l’étendard de la pensée vaudoise, mais guère celle de la pensée radicale… Comment pouvez-vous amalgamer un parti centralisateur à un mouvement fédéraliste hostile aux partis, tel la Ligue vaudoise ?

  3. Acquarius dit :

    Si M. Windisch fut, il y a longtemps, un sociologue, ça fait bien des années qu’il a remisé cette casquette dans son armoire et qu’il s’affuble de la couronne abusée de l’éditorialiste politique. La rengaine d’une presse forcément gangrenée par la gauche lui tient seule lieu de la théorie des médias dont il ne cesse de se présente comme spécialiste. A voir la brochette de collaborateurs qu’il a réunis, tous actifs dans des médias plus classiques, cette calembredaine pseudo-sociologique fait long feu. Il y en aurait d’autres, de ces affreux gauchistes, MM. Pellegrini ou Berreau du Nouvelliste, M. Molnar du Matin, etc. qui ne dépareilleraient pas le cénacle…

  4. Le passant ordinaire dit :

    @ François une question concernant « La Nation » qu’elle est sa culture politique ?
    Merci de votre aimable réponse.

    • Pierre-Henri Reymond dit :

      Je dirai de « la Nation » que ceux qui y écrivent ont les pieds sur terre. Et que les qualificatifs que certains lui attribuent ( journal d’extrême droite par exemple) n’ont rien à voir avec une argumentation acceptable.

Leave a Reply