LOGISTEP … by step

10 juin 2009 | par | 1 commentaire Plus loin

Puisque le Tribunal administratif fédéral considère dans sa grande absence de sagesse que la traque des adresses IP des internautes dans un but purement privé est compatible avec le droit suisse, il existe différentes façons de lui répondre.

L’une d’entre elles consiste effectivement à se mobiliser contre cette décision débile, comme le font les membres augmentant chaque jour du groupe Facebook « Non à la traque des adresses IP par Logistep« .

Mais finalement, une protestation risque de ne pas forcément mener bien loin, sauf à faire sourire les glauques officines qui collectent à qui mieux mieux des renseignements dans un cadre excessif et avec la bénédiction (pour l’instant) des autorités judiciaires.

On connaît la vitesse à laquelle travaillent les juges : il reste donc encore un certain nombre de mois voire nettement plus pour agir avant que cette décision ne soit probablement cassée en recours par le Tribunal fédéral.

Alors profitons de cette zone de non-droit proclamée par les juges administratifs pour travailler contre et au sein même des ordinateurs des officines en question. Personne ne pourra en effet prétendre que de récolter à titre privé des renseignements sur le contenu de leurs ordinateurs est contraire au droit suisse.

Si au passage on peut leur laisser quelques bombinettes efficaces, ce serait pas mal aussi. Et surtout, il faut leur faire mal où ça leur fera mal, à savoir au porte-monnaie. Il n’y a pas plus bavards que les avocats, les flics, leurs contacts et les juges d’instruction. En fait, ils détiennent même une forme de record en la matière.

En se reposant sur cette constatation, il faut agir contre la crédibilité des officines, de leurs dirigeants et de leurs opérateurs. En démontrant par la publication d’exemples que la fiabilité des renseignements qu’ils vendent est plus que discutable, en prouvant une tolérance excessive voire une complicité entre ces officines (souvent dirigées par des anciens flics) et les flics officiels eux-mêmes, en publiant les noms de leurs clients (ça aide toujours ça …) ainsi que des détails qui permettent de les identifier (les opérateurs pas les clients) et de pouvoir ainsi leur tirer la langue dans le bus tout en prenant un cliché de l’évènement.

Bien sûr ce genre de « conseils » relève de la désobéissance civile, selon l’angle duquel on regarde la scène. Mais lorsque des juges, fédéraux qui plus est, tordent le droit pour faire plaisir à l’industrie du disque et du film, là aussi ils désobéissent à leur serment, en se laissant embrigader dans une cause pour des motifs pas très clairs.

Il convient donc, comme ils le disent si bien, de « procéder à une pesée des intérêts en présence« . Et si l’on considère qu’ils ont tort dans leur décision et que cette dernière ne reflète pas celle de la très grande majorité des internautes citoyens, alors la pesée des intérêts qu’ils aiment tant penche nettement vers une action concertée telle que décrite plus haut.

Et on verra alors que les officines en question ne sont pas du tout aussi efficaces qu’elles le prétendent et surtout sont de véritables passoires …. mais qui vendent à journées faites à des idiots des programmes de sécurisation informatique.

Tags: , , , ,

Catégorie: Médias

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Patrick dit :

    Bel article !

    … et comme il filtre le p2p, passons par les newsgroup !!!

    😉

Laisser un commentaire