OTS : trou dans la zone d’ombre

28 janvier 2010 | par | 5 commentaires Plus loin

Il y avait beaucoup à faire. Et pourtant l’équipe de Zone d’Ombre est pléthorique. Et pourtant elle a des moyens, financiers du moins, à défaut d’avoir des idées et surtout de la méthode.

Mais dans un décor qui ressemblait à un poulailler noir métal mi Galliano-mi Gaultier acheté aux soldes, le magazine  Zone d’ombre qui se propose pompeusement de « faire la synthèse d’une affaire et d’apporter un éclairage sur les zones restées obscures » a livré hier soir un numéro totalement vide de sens et d’intérêt qui n’était en fait qu’une vague compilation d’images d’époque.

Conjuguée à la vue imposée d’une brochette de has-been arrivés pour vendre leurs salades et qui n’ont strictement rien apporté de nouveau eux non plus. Pas une virgule, pas un nom, pas une idée, pas un quelconque élément qui puisse faire avancer la vérité.

Une vérité tronquée et truquée par deux juges d’instruction aussi nuls et têtus l’un que l’autre, et qui, mais ça n’est pas une nouveauté, ont la conscience d’avoir fait leur devoir, à l’époque, « au plus près de leur intime conviction » (tellement intime qu’elle en devient elle aussi une zone d’ombre), et qui même après une quinzaine d’années, n’ont pas changé d’un iota.

Il existe en janvier 2010 une série importante de « rescapés » de l’OTS, qui vivent à gauche et à droite, proches ou moins des lieux des drames. Il existe aussi une bonne vingtaine de questions de fond restées sans réponse et sans enquête réelle.

Les concepteurs du magazine ont préféré laisser dormir ces témoins d’une époque dans une ombre qui rime avec le titre de l’émission plutôt que de chercher. Mais c’est vrai, chercher ça demande du boulot, et comme le boulot ça fatigue …

Ce n’est pas en dormant et en travaillant à la petite semaine qu’on apportera un éclairage nouveau. Et ce n’est pas le dénommé Dauvergne, ancien prêtre de la secte reconverti en conteur merlino-graalo-dolmeno-épique et « fait pour la scène » selon lui qui aura amélioré la qualité du débat.

Tags: , ,

Catégorie: A la Une, Médias

Commentaires (5)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Jaton Rosemarie dit :

    Partiellement d’accord. Mais qui êtes-vous ? Vous n’apportez rien non plus. Avez-vous des éléments nouveaux qui pourraient faire avancer dans la recherche de responsables de cette dramatique « affaire » ?

  2. kalvin dit :

    @ Rosemarie
    Je ne suis que moi. Mais je ne prétends pas, comme la TSR, éclairer de nouvelles lumières les zones d’ombre d’un sujet. Pour le surplus, rien qu’avec un peu de jugeote et de logique, on peut avancer. Mais encore faut-il le vouloir.

  3. Cher Kalvin, hier je vous écrivais ma révolte envers la presse en général et envers Sandra Jean en particulier. Non seulement la rédactrice en chef du Matin est une imb****** et une irresp*****, une cri*********, elle ironise en commentant les propos du président français, mais au lieu de prendre le relais pour dénoncer enfin le machiavélisme des banquiers escrocs, elle se tait. Triste personne et oh combien la médiocrité qui semble être chez nous, notre bannière, reste à l’ordre du jour. Je porte de bien entendu, l’entière responsabilité de ce que je vous écris et je vous laisse me publier si vous le désirez. [commentaire édité pour le respect de la paix des ménages]

  4. olivier melet dit :

    Le matin suivant la ‘liquidation’ initiale, j’avais un long trajet à faire en véhicule. A l’écoute de la Première, je me rappelle l’intervention d’un journaliste (correspondant?) français qui débute en disant pouvoir relier l’affaire à une enquête en cours sur un marché d’armement [français]. Soudain, au milieu d’une phrase, blanc à l’antenne, plus un son durant quelques secondes (minutes?).
    Je n’ai jamais entendu la fin de cet exposé ni aucune allusion à celui-ci.
    Deux jours plus tard, j’ai contact avec des amis travaillant en Espagne qui me livrent leur étonnement sur l’ampleur de la couverture apportée à cet événement dans les médias nationaux et surtout locaux dès le matin du crime… y-compris semble-t-il un quotidien matinal dont la rédaction ferme à 22 heures…
    Partout on sur-informe sur la Secte.

    Trouble affaire en effet.

  5. george de glücksbierg dit :

    Je pense à la loge P2, autre sombre histoire, en premier la banque du Vatican et son cardinal, en deuxième Calvi le banquier retrouvé pendu sous un pont à Londres, en troisième la tête pensante Umberto Ortolani de la Bafisud, réfugié à Montevideo, via Genève, au 42 de l’avenue de Champel, chez sa maîtresse, dont il a eu un fils. L’affaire entre autre était la prise de contrôle du Coriere de la Serra, disputée à la famille Agnelli. Le Vatican a perdu, Ortolani était mon voisin et client.

    Pour l’OTS, je pense à mon ami Michel Tabachnik. Il y avait un gourou comme l’histoire de Sharon Tate.
    Avant nous avions eu Jésus, Napoléon, Hitler et pourquoi pas Nostradamus. Pour les moins connus, nous avons eu Chaudet et Saint-Saphorin et les miracles de l’Auberge de l’Onde et son entrecôte au vin blanc. Santé avec le vieux Held.

Laisser un commentaire