Antenen : pas une bavure …. (sourire)

25 avril 2010 | par Plus loin

Il a dû faire le poing dans sa poche des années durant, un juge ça ne cause pas. Et c’est frustrant. Depuis qu’il a repris, fringant, le commandement des flics vaudois, le sémillant jeune et fougueux souverain pontife Antenen ne cesse de se répandre dans les médias avec délices et condescendance.

Après la Soupe dans laquelle il a fait une remarquable performance d’équilibriste, le voici qui explique en long en large et en travers dans le Matin Dimanche, cet évangile dominical qui a remplacé l’autre, pourquoi tirer à la mitraillette 7 coups sur une bagnole n’est pas une bavure.

N’importe quoi évidemment, en faisant remarquer que si son bonhomme a tout bien fait comme il le dit, on se demande pourquoi alors il l’a cantonné à des tâches administratives subalternes invisibles et privé d’une arme de service. La logique des flics est décidément aussi insondable que les voies du Vatican.

Il devrait prendre une semaine de vacances au séminaire avec Leuba, pour faire le poing …

Tags: , ,

Catégorie: Mignardises

Commentaires (5)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. buzz dit :

    Ce n’en est pas une jusqu’à ce qu’un juge en décide autrement et ceci au terme d’un procès. Par contre, ce n’est pas à un pseudo blogo-journaleu d’en décider. Un meurtrier n’est que prévenu ou accusé, jusqu’à ce qu’il soit reconnu coupable au terme d’un jugement. C’est la même chose pour un policier. Voila le problème de crédibilité des médias. Ils s’octroient des compétences qu’ils n’ont pas et l’opinion public n’est pas dupe.

  2. kalvin dit :

    On voit pour qui vous travaillez et roulez. Le juge ne décidera pas si c’est une bavure ou pas mais quelles sont les infractions commises par le tireur fou. Pour le surplus et quoi qu’il décide, on a encore le droit d’avoir un avis et de le dire, sauf évidemment aux yeux des fachos dont vous faites manifestement partie. Quand une abeille vous pique, vous sortez sans doute un bombardier, comme réponse proportionnée…

  3. buzz dit :

    Oui Monsieur, c’est à la justice de décider s’il s’agit d’une bavure. Et de quel droit vous permettez-vous d’affirmer qu’il s’agit d’une faute de service. Vous pouvez avoir une opinion sur le sujet, mais affirmer sans savoir, c’est perdre sa crédibilité. M. Antenen, dans sa réponse au journaliste, déclare que c’est à la justice de dire s’il s’agit d’une bavure ou pas. Mais les gens comme vous transforme ces déclarations en « ce n’est pas une bavure ». Il a une grande différence, mais vous ne voulez pas la voir. C’est ça qui dérange, la grande différence entre le gros titre d’un article et les déclarations de la personne interrogée. Mais c’est votre fond de commerce. Voilà, je vais tenter de ne plus « polluer » votre blog de mes commentaires. Permettez-moi tout de même de vous lire, c’est divertissant. Finalement, vous avez exactement les mêmes méthodes que les fachos dont vous m’accusez de faire partie…

    • Bavure: vous qui savez tout, réécoutez l’enregistrement de l’interview : voici ce qui y est dit mot pour mot

       » Question : Quand on est commandant de police et qu’on apprend que l’un de ses hommes est soupçonné de bavure, quel est le premier réflexe: la certitude que le policier a bien agi?
      Réponse : Je vous arrête: il ne s’agit pas d’une bavure. La voiture touchée par la balle était bien impliquée dans l’affaire ».

      Pas de bol

  4. kalvin dit :

    Au fait, quel temps fait-il à Vevey ?