Action UBS : dernière démarque à 80 %

23 février 2009 | par | Pas de commentaire Plus loin

Avec une action à Fr. 10.– la valeur capitalisée théorique totale de la banque, enfin de ce qu’il en reste, est de l’ordre de 29 milliards de francs suisses.

On  ( le contribuable résident en Suisse, donc ) a payé 6 milliards pour acheter un truc à terme (10 % de la banque)  qui actuellement vaut 2.9 milliards.

On a donc déjà perdu la moitié de ce qui selon Hans-Rudolf devrait nous rapporter gros … mais on n’a pas de sous pour les rentes LPP ou pour augmenter des dépenses de fonctionnement essentielles, ou encore pour investir intelligemment.
soldes
C’est clair qu’avec des opérations aussi intelligentes que celle du renflouage du vaisseau-fantôme en octobre, on jette vraiment l’argent par les hublots.

On veut même nous faire croire que le brave conseiller fédéral en charge du dossier n’était pas au courant des problèmes fiscaux qui allaient survenir …

De deux choses l’une : ou il est sourd et ne sait pas lire les journaux, ou il se contente du journal de Mickey. Car depuis une année au moins, et en tous cas depuis qu’en juillet 2008 UBS a déjà fourni une première salve de titulaires de compte au fisc américain, Merz était ou devait être au courant.

Prétendre le contraire comme le font certains députés de droite d’origine genevoise relève de la mauvaise foi la plus crasse. Ou considèrent-ils leur ministre comme un âne ?

Ceci dit, en dessous de ce prix plancher, l’État doit impérativement nationaliser ce qui reste, sans égard pour les anciennes coutumes néo-libérales. On aura au moins une seule et même voix contre le fisc américain s’agissant du secret bancaire.

Et si l’action continue de descendre, on suggère au même fisc américain de faire procéder à quelques séquestres conservatoires …

Tags: , , , , , , , ,

Catégorie: Brèves

Laisser un commentaire