Agent double ou police parallèle

flicsDans les villes de Romandie, les pandores sont en tenues d’été, mais harnachés d’un nombre invraisemblable de bidules qui leur pendent quand à la ceinture, quand aux épaules, quand encore dans le dos.

On ne sait pas très bien à quoi sert tout ce bazar mystérieux qui va du déo spray au poivre, sans doute, à la baguette noire pas franchement avenante et à la radio pour se délecter de voix bulgares étranges qui sortent tout droit d’un tuyau en racontant des trucs codés pour que le chaland ne comprenne pas, évidemment.

Mais j’ai enfin compris, moi, pourquoi ils vont toujours par deux : pour deux raisons évidemment, la première c’est qu’il faut bien que l’un surveille l’autre et vice-versa pour éviter les bavures non éthiques, et d’autre part il faut bien pour l’un et l’autre accumuler les heures supplémentaires à rattraper dès que possible avant l’Euro 2008 qui va être chaud …selon eux et surtout  avant l’âge fatidique de 53 ans, celui de la retraite dorée.

Dans le cadre de nos activités culturelles, on rappellera enfin qu’en zoologie et au féminin, pandore veut dire : Mollusque lamellibranche, famille des Pandoridés, aux valves inégales et charnière à crête lamelleuse.

© iconographie Lindingre

Tags: , , , , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. La flicaille suisse n’en n’est pas encore à la Guardia Civile Espagnole du temps de Franco, mais n’en n’est pas si loin, hélas. La parole d’un pandore vaut celles de 7 témoins, autrement dire demander l’impossible et profiter de l’impunité, de s’autoriser à faire n’importe quoi. Le problème est ailleurs. Autrefois les britanniques comme les français, n’avaient que le bâton pour se faire respecter. Etre à deux aide à passer le temps et à réfléchir avant de sortir la pétoire. Aujourd’hui les pandores ont peur, se sentent diminués, voire méprisés, ridiculisés. Ils ont besoin de se faire valoir et jouent les rambos. Dans les deux camps, il y a une perte de confiance, d’estime, de valorisation. Alors s’installe un climat malsain de défiance réciproque, de perte de contact. Et c’est la merde. Il est donc temps d’y réfléchir avant de faire de notre pays un nouveau soviet ou même les chiens policiers seront assermentés.

  2. kalvin dit :

    Je trouve marrante l’idée du chien policier assermenté … car finalement ils ont souvent plus de mérite que leurs dresseurs ces braves toutous. Et le flair jouit peut-être d’une véritable infaillibilité quasi papale. C’est bizarre d’ailleurs qu’il n’existe pas une race de bouledogues ou autres setters du Vatican pure souche.

Laisser un commentaire