Cartels, le modèle suisse

28 juillet 2008 | par | 2 commentaires Plus loin

Dans notre brave pays, les communications téléphoniques, les abonnements de mobiles et  les forfaits internet haut débit explosent tous les records de prix européens. Champions des prix, mais nuls dans la vitesse, en tous cas hors des grands centres urbains.

On nous raconte par ailleurs que la libéralisation s’est faite: résultat des courses, Swisscom détient 70 % de l’ADSL et 90 % des raccordements téléphoniques fixes.

On aime ou on n’aime pas Sunrise, mais ça fait six ans qu’ils attendent une décision de la Comco, cet « engin » nullissimme et alibi mis en place par les politiques pour la façade et pour n’avoir surtout aucun moyen de contrer les géants du marché et ainsi pédaler dans le yaourt.

C’est pour beaucoup de choses le même scénario, la Suisse adore officiellement le principe du libéralisme, mais elle est très cartellaire lorsqu’il s’agit de protéger le plus petit des privilèges. Même les prises électriques ne sont pas euro-compatibles et coûtent trois fois plus cher que chez nos voisins.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. David dit :

    De mémoire, on a observé le même phénomène en France il y a 6 ou 7 ans, lors de la libéralisation du marché. A l’époque, France Telecom, après avoir épuisé tous les recours juridiques (comme Swisscom), a été « obligé » de mettre ses lignes à disposition des concurrents. Elle les a donc vendu à un tel prix qu’il n’était pas possible aux concurrents d’être compétitifs. D’où re-procès et re-décision. C’est, à ma connaissance, exactement ce qui se passe en Suisse. Dans 3 ans ça devrait être bon, patience 😉

    Voir mon billet sur ce sujet ici : http://travailler-en-suisse.blogspot.com/2007/10/tlphonie-mobile-orange-porte-plainte.html

  2. kalvin dit :

    @ David
    Merci pour le lien et les précisions. Je suis viscéralement en rage quand je vois comment fonctionnent les monopoles ou duopoles aux pays du capitalisme doctrinal officiel.

Laisser un commentaire