CF : honteux mensonge d’Etat en milliards

16 octobre 2008 | par | Pas de commentaire Plus loin

On le sait officiellement depuis ce jour à 7 heures. Tout va bien à bord. Pas de problème. Décidément Couchepin a très un grand (faux) nez qui s’allonge de jour en jour et Doris n’est pas bien brillante dans ses affirmations lénifiantes. On avait annoncé ici la semaine passée que le no show de la Schlumpfette à Washington voulait dire qu’un plan de sauvetage de l’UBS se préparait en douce. Les parlementaires n’ont rien su, officiellement, eux qui nous racontaient encore hier soir que les banques suisses étaient trop solides pour avoir besoin d’un soutien. Sur ce blog on affirme que les subprimes auront cet effet depuis juin 2007, mais on passe pour des rigolos.

Maintenant que le Suisse est devenu banquier, il va falloir qu’il mette son nez dans ce bazar, s’il ne veut pas encore une fois se faire gruger. Et première conclusion, sans aide de la Confédération, la banque aurait implosé. Une enquête sur les responsabilités pénales est plus que jamais nécessaire puisque la banque s’est trouvée en faillite technique et donc que l’une des  conditions de la gestion fautive est acquise.

Pour le surplus, les politiques sont de vrais nains de s’être laissés empapaoutés de la sorte et il va être intéressant de voir comment ils vont accepter que d’un coup de baguette magique les milliards pleuvent de la Berne fédérale pour sauver les banques alors que pour un handicapé on n’a pas les moyens de lui payer une nouvelle canne, restrictions budgétaires obligent.

Quant au Conseil fédéral il a perdu tout restant de crédibilité par sa politique de l’autruche institutionnelle digne des républiques soviétiques.

(Développements suivront quand on aura eu le temps d’étudier les bricolages en détail)

1ère tranche de détails : 08h50

En très grand résumé, le plan UBS c’est : on met dans une poubelle 60 milliards de dollars de déchets qui ne valent rien. La BNS prête ces 60 milliards et a le redoutable privilège de s’occuper de la gestion des déchets (tri sélectif) . On attend et on laisse mariner. On amortit le tout, Le peuple casque à terme pour 60 milliards pour les intérêts uniques des actionnaires de UBS. Merci.

Et on ne demande rien à personne, en particulier au souverain propriétaire de sa banque Nationale. Petit rappel des ordres de grandeur: 60 milliards représentent le budget annuel total de fonctionnement de la Confédération

A quand un sauvetage identique de l’AI et de l’AVS à fonds perdu par les actionnaires des banques ?

Les mesures sur UBS ici

Tags: , , , , ,

Catégorie: Brèves

Laisser un commentaire