Les indécences du Matin

On apprend ce matin des colonnes électroniques du Matin sous la plume d’un certain Alexis Favre, plumitif de son état, une nouvelle formidablement intéressante: un gugusse aurait dépensé en une seule fois 16 millions de francs suisses dans une bijouterie à Genève au moyen de sa carte de crédit.

Et l’organe qui se veut de presse de s’extasier et de fournir au chaland force détails sur les cartes pour hyper-riches.

Trois questions:

  • cette "information" apporte-t-elle ne serait-ce qu’une once de savoir supplémentaire au lecteur ? est-elle  d’intérêt public donc, voire d’intérêt tout court ?
  • la glorification de ce genre d’exploits a-t-elle un sens moral quelconque ?
  • subsidiairement: comment le Matin a-t-il vérifié ses sources sans violer la sphère privée ?

Au lecteur de ce blog de se faire son idée. De notre côté on se contentera de sourire, dès lors que le grand organisateur et justicier suprême Peter Rothenbüler, rédacteur en chef de "l’organe", donne … ou plutôt vend régulièrement son avis "d’expert" sur ce qui doit être ou non publié.

Ne vient-il pas en effet de déclarer en substance à propos du sniffeur Bagnoud que l’on pourrait lui ficher la paix sur le plan de la presse "une fois qu’il aurait réglé ses problèmes"…

Tags: , , , , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. pikereplik dit :

    Très juste ! Rothenbühler joue les redresseurs de tort, mais il ferait mieux de regarder ce qu’il y a dans son journal…

  2. Le peuple suisse ferrait-il de l’ordre à la maison ? Avec le rejet massif de l’initiative de l’UDC de ce jour, on pourrait aussi faire le ménage à l’UBS. Pensez-vous normal que l’équipe de Marcel Ospel soit toujours en place et laisse le titre s’effondrer chaque jour un peu plus ? Que fait la CFB pour arrêter l’hémorragie ? Pour bientôt la faillite virtuelle et après ? Quant à Rothenbühler, c’est un impertinent d’Outre-Sarine que Lamunière devrait renvoyer à son enclos. Le Matin n’est pas le Washington Post, c’est un journal populiste qui aime les cancans et les chiens écrasés, sans plus. Au niveau des pâquerettes, ce rédacteur en chef, fils de pasteur, révisionniste de l’affaire Bagnoud, va se retrouver bientôt comme complice dans une affaire de chantage. Inquisiteur dans l’émission Infrarouge, ce Torquemada devrait revoir sa leçon. C’est trop facile de jouer les redesseurs de tort pour faire de l’audience. Triste presse.

Laisser un commentaire