Madoff : sentence stupide

Voilà que Madoff s’en est pris pour 150 ans sous les applaudissements de la foule en délire, les pouces pointés vers le bas. Le matricule 61727-054 pour l’administration pénitentiaire américaine va devoir rester ad vitam derrière les barreaux pour avoir moins bien (mieux ?) joué à l’avion que certains de ses petits collègues banquiers prestidigitateurs.

Madoff a 71 ans. Le calcul est vite fait pour déterminer quand il ne ressortira pas. Sauf que, en ces temps où les trous se comptent par milliards, on lui reproche d’en avoir grillé 13 (en dollars, certes).

Or le rapprochement avec le trou creusé par les « génies » qui menaient l’UBS et qui continuent d’ailleurs de le faire est étonnante : au tarif Madoff, les mêmes génies en auraient pris pour un millénaire. De quoi les transformer en statues de sel à jamais.

Car s’il n’y a pas loin de la coupe aux lèvres, surtout de la coupe d’amertume, on doit admettre que la diférence de comportement entre celui des traders fous qui sont aujourd’hui riches et en liberté et celui de Madoff n’est pas tellement évidente : les deux catégories de gugusses ont volé leur monde à qui mieux mieux.

Tags: , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Marc dit :

    La différence entre Madoff est de nombreux autres « initiés » de la finance ne saute pas aux yeux. En réalité il n’y en a aucune. C’est pour cela que cette sentence de 150 ans est très intelligente et non stupide. Maintenant que Bernie est sous les verrous et que l’attention du public a été détournée, les choses vont pouvoir reprendre leur cours normal et les milliards de nos économies et caisses de pensions vont pouvoir recommencer à être versés dans les poches des traders et autres ingénieurs financiers.

Laisser un commentaire