Mince, encore Minc !

On ne peut pas passer une saison tranquille sans que le Colombo au chapeau mou de la sottise économique ne vienne alimenter le débat et surtout son tiroir caisse personnel avec des publications dont il a le secret et qui font de lui un des remarqués visiteurs du soir de Sarkozy.

C’est clair qu’avec les conseils d’une telle girouette, le vent doit être difficile à suivre à la cour.

Et voilà que l’auteur de « La mondialisation heureuse » et d’autres brulots tout aussi laudateurs pour le système libéral nous casse les oreilles même sur la RSR ce lundi matin pour faire la promo de son dernier ouvrage, une sorte de série de prophéties irréelles, de quatrains d’un Nostradamus New Age du Café du Commerce et qui s’intitule modestement « Dix jours qui ébranleront le monde« .

Dans « La grande illusion » publié en 1989 (fin janvier) « le spécialiste » de la prospective ne voyait arriver qu’une « finlandisation de l’Europe douce mais fatale ».

Ses grands talents de visionnaire l’avaient empêché d’imaginer quelques mois plus tard le démantèlement du rideau de fer entre la Hongrie et l’Autriche (2 mai), des premières élections libres en URSS (mars), l’ouverture du mur de Berlin (9 novembre) et l’implosion des régimes communistes … quel talent.

Après quelques autres errances rémunératrices il a été parachuté au journal Le Monde, dont il a été remercié pour l’avoir conduit dans des pertes mémorables .. (avant la crise actuelle donc) !

Et voilà que naît son petit dernier dont il ne faut surtout pas prendre au sérieux l’un ou l’autre des scénarii prophétiques : il n’y a qu’une constance chez l’auteur, de toujours se tromper et de faire croire que sa marchandise est de première fraicheur et frappée du sceau de la nouveauté.

Ne contribuez pas à sa petite croissance personnelle, laissez le vivre sa petite crise à lui, de grâce !

Tags: , , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Michelle dit :

    Je me demande toujours pourquoi les médias suisses romands (ici la radio) sont si prompts à à assurer le service après vente des ouvrages de ces « penseurs » français, comme Alain Minc ou J. Attali (entre autres) « En direct de notre studio de Paris », quelle jubilation dans la voix du journaliste romand. Ça sonne autrement mieux que « En direct de Berne ou Zurich, ou Bâle » ! Un « expert » semble pour certains médias nationaux (payés avec les sous de nos redevances) bien plus crédible s’il vient de Paris que s’il s’exprime de l’intérieur. Provincialisme quand tu nous tiens…

  2. kalvin dit :

    @ Michelle
    Faut dire que quand on nous rabâche les oreilles avec les sornettes de Pierre Mirabaud ou les raccourcis saisissants pour ne pas dire plus des UDC Jean-François Rime ou Yvan Perrin, on se demande bien dans quelle province on erre … 😉

Laisser un commentaire