Mirabaud & Cuche: globes et moustache

14 mars 2009 | par | 1 commentaire Plus loin

Si Cuche a mérité son globe de cristal de slalomeur géant, Pierre Mirabaud sous la moustache duquel coule la veine, s’en voit décerner un identique par ce blog.

Winkelried parmi les winkelrieds défenseurs du secret bancaire, il a été hier au soir sur les ondes de la RSR jusqu’à se féliciter de l’attitude de la Suisse dans cette affaire. Une manche de champion du monde de slalom géant pour lui aussi, qui frôle les piquets depuis des mois.

Comme chez le chat, la moustache de Mirabaud devrait pourtant lui permettre de sentir où il met les pieds, mais rien n’y fait. Il les additionne de semaine en semaine de façon irrémédiable.

moustache_collage

Pour l’illustre Mirabaud donc, les concessions suisses n’entament en rien le concept de secret bancaire, il reste le même.

De deux choses l’une alors: ou est il complètement amoureux de Merz (sur le tard, un sorte de conversion …) ou alors il a dû lui échapper quelque chose.

Car Merz aussi, qui pourtant n’a pas de moustache, n’a cessé hier de soutenir que rien ne changeait … alors au fait, comme disait ma voisine, si rien ne change, pourquoi avoir annoncé que quelque chose allait changer

Les deux spécimens banquiers et ex-UBS font une paire dont les répliques au quotidien ne seraient pas de trop dans un spectacle de chansonnier parisien, par exemple aux 3 Baudets récemment rénové.

On pourrait leur adjoindre Couchepin, dont le courage exemplaire et proverbial associé à l’intensité du travail au quotidien fait qu’on ne l’entend plus sur ces questions.

Tags: , , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Bidon Vil dit :

    Dans ce drame tragi-comique que traverse ces temps-ci notre chère Helvétie, nous pouvons allègrement nous réjouir devant un tel exploit. Celui de nos tête pensantes qui à tous les niveaux de direction politique, bancaire et administrative savent nous divertir de leurs frasques où se mêlent à ravir vérités et surtout contre-vérités dans une joyeuse saga de bras de fer où s´enferrent nos vaillants manchots à l’assaut des Amériques.

    Au final nous pouvons nous enorgueillir de cet exploit que seule notre nation a été à ce jour capable de mettre au point, soit cet outil que tous nous envient de faire en sorte qu’en chacune de nos têtes pensantes nous ayons réussi à concentrer autant d’incompétence dans un si petit volume.

    Tout cela nous le devons sans aucun conteste à l’étroitesse de notre territoire …

Laisser un commentaire