Nicolas: « casse-toi pauvre con » !

24 février 2008 | par | 2 commentaires Plus loin

On n'a jamais été d'accord avec ses opinions politiques. On n'a pu que prendre acte de sa très grande habileté à se faire élire sur des promesses impossibles à tenir mais pas simples à vendre. On a toujours imaginé, à tort, qu'il était compétent.

On sait aujourd'hui qu'il se conduit comme un grand gamin gâté, qu'il a même en public le langage de la rupture, distingué par excellence, et qui démontre le vide intersidéral culturel dans lequel il se trouve.

Le bonhomme qui voulait se retirer pour "habiter la fonction" n'a toujours pas réussi après un an bientôt à faire autre chose que de passer pour un excité mégalo inculte, et chose plus grave, nettement pas à la hauteur de la fonction dans ses habits de clown pas triste.

Sarkozy c'est un peu un vendeur de mixer dans une foire. Quand à habiter la fonction, il semble qu'il en soit définitivement incapable. Pauvres voisins français qui s'en sont pris pour 5 ans au moins en le plébiscitant. Et surtout aussi, inquiétante personnalité versatile dotée du pouvoir de déclancher le feu nucléaire.

On espère qu'il n'a pas bien compris comment ça marche, ce serait plus sûr.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. L’insulte qu’a proféré Nicolas Sarkozy au Salon de l’Agriculture, à l’encontre d’un simple citoyen, pose le problème des rapports de l’autorité présidentielle avec le peuple.

    Cet incident me semble être le plus grave de tout ceux qui ont eu lieu depuis son accession au sommet de l’État.

    La raison en est simple.

    En effet, si l’insulte envers un président de la République est puni de prison ferme, que signifie l’inverse, une insulte du président envers le premier électeur qui lui déplait par son comportement, ou par une réflexion ?

    Il n’y a, bien sûr, pas de risque de voir Nicolas Sarkozy traîné devant les tribunaux pour avoir insulté un quidam !…

    Mais c’est bien pire que cela.

    En effet, par l’insulte qu’il a proféré, NICOLAS SARKOZY A SAPÉ SA PROPRE AUTORITÉ, car tout citoyen peut, maintenant, lors d’une réunion publique, arborer la célèbre maxime présidentielle sur un sac, un tee-shirt, ou, pire, lui lancer un « CASSE TOI PAUVRE CON » auquel il ne pourra pas répondre.

    En effet, quel juge pourrait condamner un citoyen qui aurait insulté de cette façon le président ? Car vous, moi, n’importe quel anonyme, nous pouvons désormais répéter cette insulte devenue une référence de l’expression présidentielle.

    De plus, cette insulte dans la bouche d’un président de la République, qui se doit d’être un modèle, est très négative pour le développement de liens sociaux harmonieux.

    Car si la parole du Christ « Aimez vous les uns les autres », est fondatrice des relations sociales, la parole de Nicolas Sarkozy, « Casse toi pauvre con », n’est rien d’autre que l’enseignement du mépris comme base des relations humaines…

    Cet incident au salon de l’Agriculture révèle aussi le manque d’intelligence de Nicolas Sarkozy car il n’a pas compris qu’en insultant un individu il sapait, définitivement, son autorité présidentielle.

    Où allons-nous avec un tel « Pauvre con » ?…

    A vrai dire, je ne sais pas, mais je suis assez inquiet pour l’avenir car les dégâts se révéleront dans les semaines, et les mois qui viennent…

    Jean-Charles Duboc

  2. kalvin dit :

    Merci pour ce commentaire, je partage vos soucis pour le futur proche et profite de l’occasion pour vous transmettre mon soutien au projet éducatif que vous « pilotez », si on ose encore dire.

Laisser un commentaire