Pas de quoi fouetter un cheikh

La condamnation demandée était étrange. La parquet n’a pas été suivi.  La condamnation prononcée est encore plus étrange. Pour accorder un sursis, en principe, le pronostic à l’égard du condamné doit être favorable.

Comment diable, avec quels arguments, sur la base de quel raisonnement et du droit de quel pays et dans quelle langue enfin le Tribunal de police de Genève a-t-il bien pu former ce pronostic ?

Falah bin Zayed bin Sultan al-Nahyan coupable d’avoir fouetté, à l’aide de sa ceinture, un client d’un palace genevois de la rive droite : en somme une histoire de cuir dont Genève se serait sans doute bien passée, pour des raisons touristiques bien sûr, et juste après l’Euro en plus.

Tags: , , , ,

Catégorie: Brèves

Laisser un commentaire