Puce de carte muette

On se plaît semble-t-il à relever l'arrivée prochaine de la dernière invention, enfin invention, disons plutôt copie servile de Couchepin le magnifique, la carte vitale modèle helvétique. On se plaît aussi à faire croire au chaland que les assurances-maladie ne pourront pas consulter la puce de dite carte.
 
"Pauvres" assurances….mais ça fait des lustres que grâce à la disparition progessive programmée par Berne du secret médical elles en savent déjà plus que l'intéressé lui-même sur sa propre santé. Elles n'ont donc nul besoin de connaître le contenu de la fameuse puce, elles n'ont qu'à regarder, par exemple, les médicaments qu'on vous prescrit et dont vous souhaitez le remboursement pour en tirer les bonnes conclusions et les faire fructifier dans leurs performants et lucratifs fichiers.
 

En Suisse, être assuré signifie simplement, en tous cas depuis Tarmed saison 1, renoncer purement et simplement à la protection du secret médical. Encore une protection à deux vitesses, donc.

Tags: , , , , , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Encore une combine à Couchepin pour que les assurances se fassent les couilles en or. Je confirme que Pascal est co[………]pu, tout simplement et il n’est pas le seul.

    Edit de 19 h 50 : un mot caviardé par le rédacteur de ce blog…

  2. kalvin dit :

    @ George
    Officiellement je dois me désolidariser du mot « co[……….]pu », car je n’en ai pas la preuve : simplement je dirais qu’il roule bien trop visiblement, par exemple, pour certaines caisses-maladie dont le siège pourrait par un heureux hasard se trouver du côté de Martigny, dans de somptueux locaux, caisses qui par ailleurs ne cessent pas de limer sur les prestations aux assurés et non pas sur les salaires de direction.

Laisser un commentaire