UBS: fumant, l’effet Grübel Villiger

Ossie, le boss coupe-têtes ex-CS accompagné du cycliste fumeur de cigare font la paire idéale. Depuis qu’on parle d’eux, l’action est en train d’atteindre des plus bas historiques. Ce lundi 9 mars à 12 heures, elle se ballade aux alentours de Fr 8.50,  ceci dans des volumes de transactions tout simplement péclotants.

Villiger a toujours été un joyeux drille de la politique, mais là il atteint des sommets. Son ambition est en effet de « faire en sorte que l’UBS n’ait pas besoin d’une deuxième piqûre d’argent public » … le sommet du blues en somme.

partir-en-fumee_ubs

On voit avec quel effet ses secrets espoirs sont couronnés de succès. Le fumeur de cigare est franchement à l’inverse de ce qu’il faut, et comme il n’est pas encore formellement élu, la sagesse voudrait qu’il retire sa candidature à pas loin d’un million de francs par an.

On pourrait aussi imaginer que le reste des actionnaires moribonds de UBS prennent main la situation et refusent de nommer une potiche du conseil fédéral au CA de ce qui leur reste de banque.

Car de fait, le Conseil fédéral n’a pas besoin d’une potiche au CA, il va devoir y mettre des techniciens pour contrôler ce que la banque fait de l’argent public injecté et à injecter encore.

Si jamais il ne le fait pas, il s’expose à un bouquet magnifique d’actions en responsabilité ainsi qu’à quelques déboires politiques prévisibles et irréversibles.

La seule solution, ça fait plus de 12 mois qu’on le dit sur ce blog, est la nationalisation à l’anglaise.

Mais ça n’est pas dans le manuel du parfait conseiller fédéral de droite … (ancien ou actuel).

Tags: , , , , , ,

Catégorie: Brèves

Laisser un commentaire