UBS, la règle : toujours se servir avant les autres

25 janvier 2009 | par | 6 commentaires Plus loin

La Sonntag Zeitung nous apprend que l’UBS va verser pour environ 2 milliards de francs de bonus. Sur les six milliards d’argent public récolté sous forme de prêt en 2008, un tiers s’en va donc déjà dans la poche des bénéficiaires durant le mois de mars.

Et UBS avait même demandé l’autorisation d’en verser trois, de milliards, à la FINMA, le machin composé de banquiers amis qui vient de remplacer la CFB, et qui a bien sûr dûment autorisé le versement de ces bonus, mais les a semble-t-il limités à la « modique » somme de deux milliards.

Selon le calcul du rédacteur du journal suisse alémanique, ce total représente une dépense de Fr. 26’000.– par résident en Suisse, bébés et conseillers fédéraux compris. Mais on n’a plus de sous pour l’AI, donc, par exemple …

I-187-0250
C’est ce qu’on appelle une juste répartition des richesses … l’UBS fait des conneries, le contribuable régale et l’UBS dépense. On continue donc en droite ligne sur la politique pratiquée depuis des années. Et personne ne dit rien.

PS: le système le bonus des cadres supérieurs est lui aussi revu, semble-t-il, mais les versements sont différés … sans commentaire.

On rappelle que le bonus n’est pas contractuel et représente en principe, dans l’acception moderne du concept, la rétribution juste pour une performance au dessus de la moyenne.

Avec une perte probable de plus de 20 milliards, la performance  globale est en effet stupéfiante et n’est pas simplement le fait de la haute direction.

Tags: , , ,

Catégorie: Brèves

Commentaires (6)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Marc dit :

    « Selon le calcul du rédacteur du journal suisse alémanique, ce total représente une dépense de Fr. 26?000.– par résident en Suisse…. »

    …N’exagérons pas ! Cela faut plutôt 260.- CHF par résident !

    Par contre ce bonus correspond à une prime de Fr. 26?000.– par employé de l’UBS (bien sûr cela fera beaucoup plus par employé si UBS continue à vider ses employés au rythme actuel).

    Notons que 2 milliards de francs, c’est le montant que la Suisse a consacré en 2006 à l’aide aux pays en développement.

    Je pense que la population suisse est très contente et fière de faire ce petit cadeau aux employés de notre très chère (!) banque. C’est tellement plus noble que de construire des puits et des écoles…

    • kalvin dit :

      @ Marc, faute de virgule (non contrôlée, erreur…) en effet, merci ! Ceci dit, même avec quelques zéros de moins, la critique peut rester la même.

  2. Marc dit :

    Cette histoire de bonus est proprement scandaleuse et la population ne devrait pas accepter cela. Une mesure concrète : si vous avez encore des comptes à l’UBS, fermez les presto.

  3. pirouette dit :

    dès qu’on parle pognon, on perd la tête et je pense que c’est juste récompense que de voir son patron respecter son contrat, même si ce patron-là a commis de grosses bourdes. je connais beaucoup de fonctionnaires qui réclament aussi leur dû lorsque les comptes publics sont bons, alors qu’ils n’y sont pour rien, bien au contraire, car c’est au moins le seul job où le salaire progresse alors que le rendement stagne et l’utilité du poste s’étiole. je suis contre le salaire au mérite mais pour le respect des contrats ! On est dans un état de droit, m… ou quoi ?

    • kalvin dit :

      @ pirouette
      Si on était dans un Etat de droit, il y a longtemps que l’UBS n’existerait plus … et que ses salariés pointeraient en partie au chômage. Il y a une responsabilité collective dans ce désastre.

  4. Marc dit :

    Cher pirouette,
    La situation financière de l’UBS ne permet décemment pas de verser des bonus, mais pour une banque même quand il n’y a plus d’argent, il y en a encore. Nous sommes nombreux à être pour les respects des contrats, mais aucun contrat ne prévoyait que l’Etat (donc les contribuables) épongent pour 60 milliards d’actifs pourris de l’UBS. Donc l’Etat et pouvait et devait imposer des conditions. Mais non, il n’y en a eu aucune et l’UBS a même parlé de « simple transaction » avec la BNS.

    Quant aux fonctionnaires que vous mentionnez, ceux de l’Etat fédéral ont eu des baisses de salaires durant une bonne partie des années 90 en raison des difficultés budgétaires de la confédération.

Laisser un commentaire