Zappellipopette

21 février 2008 | par | Pas de commentaire Plus loin
Il fallait bien se faire remarquer en campagne électorale et l'auguste Procureur Général en place a trouvé parfaitement justifié de confisquer comme garantie de futures éventuelles amendes les valeurs trouvées sur les mendiants en rue de Genève. Outre le fait que les vrais mendiants existent (et mériteraient peut-être un traitement particulier pour des raisons bêtement humanitaires dans la bonne ville de Genève et … des droits de l'homme), on en rencontre plus souvent qu'à son tour, mais pas forcément sur les marches du Palais de Justice (où ils sont personae non gratae depuis longtemps) ou au Pied de Cochon où ils n'ont pas les moyens de boire une bière, cette nouvelle pratique destinée à ravir l'UDC sous prétexte de l'application de la dura lex sed lex fait fi de la présomption d'innocence, et surtout marque d'une façon caricaturale la différence faite entre le mendiant condamné d'avance et le propriétaire d'un bolide rouge roulant à 150 au lieu de 120. A part pour des véhicules immatriculés en Syldavie, on n'a jamais vu les flics demander des garanties de paiement ou confisquer les portefeuilles. Sans autre commentaire.

Tags: , , , ,

Catégorie: Brèves

Laisser un commentaire