Fichez la paix à Hildebrand! (et rentrez les boucs)

6 janvier 2012 | par | 4 commentaires Plus loin

Évidemment, le parti du bouc Blocher, qui veut la peau de Hildebrand depuis des années, tient son os très fort.

Il veut une démission, après avoir usé de façon plus que discutable de renseignements et documents couverts par un secret que par ailleurs il défend bec et ongles. Et maintenant c’est une CEP et pourquoi pas un procès à la Haye. Encore un truc logique.

Mais finalement, Hildebrand a le droit de faire ce qu’il veut avec son fric.

Qui pouvait exactement prédire ce qu’il allait devenir du rapport dollar US-CHF lorsqu’il a effectué ses opérations de change ? en tous cas pas grand monde et même pas lui.

Le blâmerait-on s’il avait perdu des plumes dans l’aventure?

Il faut faire rentrer immédiatement les boucs comploteurs dans leur étable.

Tags: , , ,

Catégorie: Mignardises

Commentaires (4)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. mousseman dit :

    Le problème est que Hildebrand, le ‘pape’ du Franc Suisse, à spéculé avec le franc Suisse, même si on communique qu’en faite, c’était sa femme.

    Pour pouvoir gardé une aure d’honnêteté, le couple aurait au moins pu avoir des comptes séparés chez la Banque Sarasin, mais ce n’était pas le cas (sa femmem étant citoyenne américaine, le IRS aurait demandé une taxe sur la spéculation), et il y a eu des spéculations avec le franc Suisse on ne peut pas nier que personne a utilisé ses connaissances.

    Donc la spéculation avec des devises et simplement quelque chose qui se fait pas si on est membre du directorat de la BNS. Comme le pape qui ne va non-plus aller au bordel pour ‘savourer’ une femme.

  2. Calvin Klein dit :

    Je n’attends évidemment pas que ce blog loue l’UDC puisque sa couleur politique est inverse… Je répugne les moyens utilisés par Blocher et ses sbires, eux qui disent vouloir ancrer le secret bancaire dans la constitution et sont les premiers à le violer quand ça les arrange. Par contre, au stade actuel de l’information, on ne peut pas soutenir Philipp Hildebrand ; il est dans l’incapacité de prouver que sa femme a agit seule pour la transaction de CHF 500’000.- incriminée. Certains médias relaient même que c’est lui qui aurait bel et bien passé l’opération (un autre email l’attesterait), dans ce cas, se rendant compte de son erreur, il aurait dû immédiatemment retourner l’opération. Mais comme c’est un ex-trader ou plutôt un gestionnaire d’actifs au sein d’un hedge fund, sa deuxième nature a pris le dessus… Et il ne l’a pas fait… Jean-Pierre Roth s’en étonne également. Et le directoire au complet aurait demandé à Hildebrand de démissionner. Il serait très bon que Thomas Jordan soit nommé car c’est un ancien professeur d’université, sans liens avec des intérêts privés. Je déplore vivement les méthodes employées pour que cette affaire éclate au grand jour, tout comme je déplore que le Conseil fédéral ait visiblement voulu la laisser dans l’ombre. Le mérite de Blocher est d’avoir mis cette affaire au grand jour. C’est tout. Parce que tout le reste est nauséabond.

    • kalvin dit :

      Ma brève date du 6 janvier. Hildebrand n’avait évidemment pas encore démissionné. J’ai un peu modifié ma position au fil des infos qui suintent. Ceci dit je ne crois pas qu’il pouvait exactement prévoir ce qu’il allait advenir de ses fameux dollars en termes de change. Je ne crois pas une seconde aux bonnes intentions de Blocher, bien au contraire. Et il ne tient pas compte des dégâts au niveau image pour la BNS, tout occupé qu’il est à se venger de la non élection du 2e UDC au CF. Petit, peu reluisant, et pas très productif.

  3. Rostock dit :

    Hildebrand trafiquait pour son compte. Il a eu l’inélégance de faire accuser sa femme, puis il s’est démissionné pour éviter qu’une véritable commission (pas ces singeries avec la Roth Bernasconi) gratte un peu plus sur ses écarts de conduite qui auraient très certainement conduit à la découvertes de faits encore plus scandaleux. Ces deux éléments sont largement suffisant pour écraser toutes les fanfaronnades sur ses pseudo qualités. Soros le spéculateur qui joue bonne conscience l’a soutenu et ce n’est pas pour rien. S’ils étaient là, deux assassinés par le mossad que sont Edmond Safra et Robert Maxwell, qui ne voulaient pas partager le gâteau, en auraient fait de même. Quand on voit ceux qui crachent sur Blocher on comprend mieux qu’ils sont payés pour le faire et d’où viennent les liasses.

Laisser un commentaire