Presse en déclin : oui, mais quels remèdes ?

13 août 2010 | par | 1 commentaire Plus loin

Un aréopage de sages (La fondation Öffentlichkeit und Gesellschaft et l’institut de recherche fög de l’Université de Zurich – pas le brouillard donc) plutôt de droite, on doit bien en convenir, estiment en gros, non sans une certaine raison, que la qualité de la presse diminue en Suisse, en termes châtiés.

Notamment en raison de la mode des gratuits et de celle, visiblement enseignée dans les centres professionnels adhoc, du copier-coller sans réfléchir. Que l’analyse fait défaut. Que le recul et la mise en situation-contexte de l’information se perd. Etc.

Puisque certains murmurent que les auteurs de cette remarquable et originale conclusion sont des sages, pourquoi n’ont-ils pas esquissé la moindre parcelle de demi-idée pour faire avancer la question et pour suggérer un ou des remèdes à cette situation.

Parce que la réponse les dérangeait ? Eux et le public ? Étrange attitude de celui qui s’arrête en chemin sur un constat pour lequel il n’était franchement nul besoin de commissionner une quelconque étude pour le tirer.

Tags: ,

Catégorie: Mignardises

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. la Presse Suisse malheureusement pour elle, se fait dépasser par les journaux gratuits, une raison peut etre tres peu comprises par les grands quotidiens, c’est que ces petits journaux parlent de choses concernant l’intérieur de la Suisse des problèmes proche de la population c’est cette source qui intéresse les lecteurs, dans les grands quotidiens l’actualité se tourne trop vers l’économie , les affaires concernant les pays étrangers parfois sans intérêts pour le lecteur lambda , mettre le doigt sur les sujet sensibles en Suisse voila peut être une solution, les affaires économiques ou politiques ne sont pas le sujet principal d’intèrêt pour un lecteur non initiés à ces milieux , il est clair que certains journaux comme 24 heure sont surement plus proche de cette réalité pour ne citer qu’un journal de la presse romande, il est clair que l’on doit soutenir notre presse nationale ceci est une richesse certaine

    Philippe Frioud

Laisser un commentaire