Arrêté Bonny: Berne « poignarde le Nord Vaudois »

1 décembre 2007 | par | 3 commentaires Plus loin

impots.jpg

C'est en ces termes que plusieurs quotidiens ou journaux de la région du Nord Vaudois ont accueilli la décision du département de Doris Leuthard de déclassifier le Nord Vaudois des zones dans lesquelles l'aide aux entreprises innovantes était encore octroyée. Depuis le 1er janvier 2008, cet arrêté ne profitera selon la conseillère fédérale "qu'à ceux qui en ont vraiment besoin", soit environ 10 % de la population suisse, mais plus au Nord Vaudois et notamment à la région d'Yverdon. 

On peut s'étonner que la coupante Doris ait décidé en même temps de maintenir certaines zones comme Davos et Saint-Moritz dans les zones économiquement faibles et donc toujours couvertes par cet arrêté …. il y a décidemment trois mesures et quatre poids dans les décisions fédérales selon que la langue que l'on parle est l'allemand ou le modeste français. Mais ça on le savait depuis des décennies, et ce n'est pas le principal.
 
On se bagarre entre Berne et Lausanne sur le nombre de nouveaux emplois que cet arrêté a permis de créer, des clopinettes selon Berne, des masses selon Lausanne et le toujours expansif conseiller d'Etat Jean-Claude Mermoud, UDC pur sucre de son état. Il faut quand même dire que
 
cet arrêté a permis la création d'environ 1000 postes nouveaux dans le canton de Vaud, selon comment on analyse ce chiffre, et environ deux fois plus sur le plan suisse. Mille emplois ce n'est pas rien, mais surtout, mille emplois ça ne se crée pas uniquement à l'aide de ce type d'arrêtés, qui en fait n'offre qu'un allègement de l'impôt fédéral direct. Il faut d'abord que le canton offre simultanément ce type de conditions s'agissant des impôts cantonaux, mais surtout on ne favorise pas la création de travail et de richesse dans des entreprises innovantes uniquement par des allègements fiscaux.
 
Il faut rappeler aux intéressés et notamment aux Associations de développement qui hurlent au loup qu'une entreprise innovante commence toujours pendant une certaine période (de quelques années) par ne pas réaliser des bénéfices puisqu'elle réinvestit ses surplus de recettes dans la recherche et le développement de ses produits. Ceci est un état de fait connu, et par voie de conséquence un allégement de l'impôt sur le bénéfice est nul et de nul effet pour elle lorsqu'il n'y a justement pas de  … bénéfice.

Non, la véritable façon d'aider les entrepreneurs nouveaux se trouve dans les pépinières d'entreprises, leurs réseaux et la prise en charge par la collectivité de coûts spécifiques à certains types d'activités, notamment administratives qui sont pour les nouveaux créateurs de richesse de très usuels freins à l'innovation et au développement. Simplifions les structures, la paperasserie, et si ce n'est pas possible aidons les jeunes entrepreneurs dans ce sens, ils ne se porteront que mieux et surtout mieux qu'avec l'application stricte d'un arrêté fédéral complétement dépassé et qui repose sur une idée erronée du développement d'une entreprise innovante. Sans arrêté fédéral mais avec un peu de bon sens, on peut sans aucun doute créer plus de postes de travail qu'avec une pareille fadaise bernoise typiquement technocratique et compliquée.

Et puis l'honneur est sauf, Davos conserve le WEF World Economic Forum avec des allégements fiscaux, cette fameuse rencontre annuelle de pauvres gens dans une contrée sinistrée et qui ne rapporte pas deux francs …

Tags: , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (3)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Rébus dit :

    Davos, zone économiquement faible ? Ah ?

    Je ne connais pas spécialement la ituation suisse mais apparemment, il y a des tensions entre germanophones et francophones… Bon, tant que ce n’est pas du niveau de la Belgique

  2. kalvin dit :

    @Rébus
    Non, heureusement que l’on en est pas encore là, mais il est vrai qu’il y a une rivalité entre suisses alémaniques et suisses français due notamment à la puissance économique de la partie germanophone du pays qui est au moins trois fois plus forte que la partie francophone. ça laisse des traces…

  3. Rébus dit :

    Merci Kalvin de me rassurer sur la situation en Suisse. Par contre, les tensions économiques peuvent être le détonateur d’autres tensions. Mais la confédération helvétique est suffisamment ancienne, je pense, pour résister aux idées populistes de politiciens démagos (beaucoup de pléonasmes en 1 phrase). Et désolé du retard de ma réponse

Laisser un commentaire