Ca plane pour Planair

Non ce n’est pas une nouvelle compagnie aérienne qui fonctionne sous ce nom là. C’est un très sérieux bureau d’ingénieurs en énergie qui a été labellisé ISO x et y et sur lequel s’appuient pas vraiment gratuitement et en permanence année après année de nombreuses communes et autres cantons romands pour donner à réfléchir à leurs fonctionnaires déjà payés pour ça.

Le bureau délivre des avis qui ont quasiment valeur d’évangile selon St-Air : une sorte d’infaillibilité expertale qui laisse benoîts magistrats, fonctionnaires et autres chalands.

Ces temps tout ce beau monde réfléchit en chœurs constitués aux économies d’énergie, c’est bien, et même à l’autonomie énergétique de certaines régions pilotes. De nombreuses études ont été et sont réalisées sur cette question et dans ces régions, dont l’une se situe autour de Orbe.

Cette notion d’autonomie énergétique semble assez difficile à définir puisque les auteurs de l’étude refusent étrangement d’inclure dans le calcul et les projections d’éventuels surplus d’énergie produites qui pourraient être, un peu à l’image des crédits CO2, échangés ou commercialisés contre d’autres formes d’énergies manquantes, « car ils ne savent pas comment calculer la valeur de ces « exportations » d’énergie« .

Par ailleurs, malgré des schémas rutilants, on ne peut s’empêcher un haussement de sourcils interrogateur quand on sait que les bases chiffrées utilisées par les spécialistes de l’étude reposent sur les projections officielles de Berne, qui entre autres prévoient un prix du pétrole de l’ordre de 40 dollars le baril à l’horizon 2035, alors que déjà aujourd’hui il coûte trois fois plus cher.

Quand on doit les entendre et les voir fonctionner, on a une étrange impression de se trouver face à des théoriciens lents et puristes qui en plus doivent composer avec des blocages politiques à tous les niveaux : un mauvais signe pour un avancement concret rapide vers l’autonomie énergétique recherchée et de nombreux points d’interrogation sur toutes les parties chiffrées de leurs trouvailles ISO 666666 .. si peu.

Tags: , , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Cha plane pas pour tous. L’UBS confirmant ses pertes hivernales au nom de la transparence, se montre beaucoup plus discrète de sa vente à BlackRock de 15 milliards de dollars d’actifs, pour une valeur nominale de 22 milliards. Tout cela me laisse songeur pour le futur. Je persiste et signe, Kurer n’est pas l’homme de la situation et le titre va continuer à baisser.

  2. kalvin dit :

    Non ça chute pour l’UBS cachottière et la patate chaude refilée à prix cassé à BlackRock

Laisser un commentaire