Cadeaux de Noël à l’UBS : au peuple de trancher

21 octobre 2008 | par | Pas de commentaire Plus loin

On ne sait pas encore à ce jour quels seront exactement les textes sur lesquels devront se prononcer les Chambres fédérales en session « d’urgence » en décembre, s’agissant du sauvetage no1 de UBS.

Mais de toute évidence, il s’agira de lois ou d’arrêté(s) fédéral(aux) urgent(s). On sait que le PS et une partie de la gauche et des Verts vont s’opposer à ce plan, tant qu’il n’est pas valablement amendé et complété.

Il est possible que l’UDC, dans sa débâcle politique actuelle, veuille profiter de la situation et donner un coup de griffe à la Schlumpfette en refusant lui aussi ce plan. On a pu encore entendre ce jour le sémillant Yvan Perrin expliquer que l’UDC manquait de juristes performants et d’intellectuels …. c’est vrai, pour une fois on doit lui donner raison.

Mais l’UDC en déroute ne manque pas encore de sous, si on a bien compris le message du vice-président, qui « officiellement » apprécie pour le moment ce que le Conseil fédéral a fait, car il peut continuer de « faire ses courses au supermarché avec une carte de crédit qui fonctionne et qui lui répond qu’elle a toujours un solde disponible« . On pourrait lui suggérer de changer de carte pour ne pas craindre de problèmes : il y a des banques et des grandes qui continuent de bien fonctionner en Suisse sans sauvetage à 60 milliards.

Ceci dit, si une alliance gauche-UDC ne devait pas arriver à mettre le hola à cet immense gaspillage anti-constitutionnel, il restera toujours la possibilité au peuple de se prononcer par référendum. Bien sûr, les sous risquent d’avoir été déjà dépensés au moment d’une hypothétique votation.

Ceci dit, en démocratie directe, le peuple est souverain et nos édiles feraient bien de ne pas l’oublier avant de repasser à la caisse prochainement. Repasser à la caisse car tout indique que c’est dans cette direction que l’on s’achemine : aucune confiance retrouvée pour UBS, un taux toujours très tendu sur le marché interne des capitaux interbancaires en Suisse et singulièrement avec la BNS, une action qui ne monte pas, des déclarations tonitruantes et stupides des actuels managers, un public qui apprécie à sa juste valeur la création d’une entité offshore aux iles Cayman, bref un terreau parfait pour un plan de sauvetage no 2.

Et des édiles au fonctionnement toujours aussi raffiné et délicat, qui comme le Nez président ou le guide suprême et bronzé Darbellay ne cessent de parler de circulation sanguine nécessaire … au moment où le ministre des finances en titre se remet précisément d’un sérieux problème de circulation…

Attendons un peu les développements de ce bastringue géant. Et gageons que les droits populaires seront présents à l’esprit des partis bourgeois lors de la session de décembre.

Tags: , , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Laisser un commentaire