Canton de Vaud : le pays du sourire

vaud_liberte_et_patrieIl est des lectures qui parfois sont rébarbatives mais singulièrement éclairantes. Voici quatre petits exemples extraits de la dernière  mouture de la Constitution vaudoise entrée en vigueur comme il se doit un 14 avril, de l’an 2003 en l’occurrence, soit deux cents ans exactement jour pour jour après la toute première séance du Grand Conseil Vaudois.

Personne ne devra savoir ça par cœur, en revanche, on devrait un peu comme sur les calendriers religieux faire imprimer un bloc-notes officiel avec chaque article de la constitution à lire impérativement chaque matin à l’usage exclusif de tous les hauts fonctionnaires et autres magistrats qui soi disant incarnent l’Etat et ont souvent promis solennellement de le servir, lui, ses lois et sa constitution.

Exemple 1: L’Etat détient le monopole de la force publique
C’est pour ça que Securitas est chargée en toute discrétion (sinon en catimini) de véhiculer quotidiennement les prisonniers dans des wagons à bestiaux mal aérés et sous la conduite de gendarmettes privées blondes souvent plus dures que Cruella.

Exemple 2: Toute personne dont la cause doit être jugée dans une procédure judiciaire a droit à ce que cette cause soit portée devant un tribunal indépendant et impartial

Vous avez dit indépendance ? l’indépendance d’un Tribunal est une vue de l’esprit. Dès qu’il y a subjectivité, l’indépendance n’existe plus. On ne parle pas de l’impartialité, qui est une belle notion mais dont personne ne sait exactement ce qu’elle recouvre.

Exemple 3: L’Etat facilite l’accueil des étrangers
L’Etat et les communes favorisent leur intégration dans le respect réciproque des identités et dans celui des valeurs qui fondent l’Etat de droit

C’est déjà pourquoi qu’il y a des problèmes à Vallorbe ? juste, il n’y a pas de problème, Philippe a pris son sifflet d’arbitre sur l’étagère à souvenirs pour saluer Eveline, tout est donc bien qui finit bien.

Exemple 4: L’activité [de l’Etat] est exempte d’arbitraire et répond à un intérêt public; elle est proportionnée au but visé. Elle s’exerce conformément aux règles de la bonne foi et de manière transparente

Transparence quand tu nous tiens… c’est vrai que les flics de la pétulante Jacqueline sont parfaitement transparents quand ils avouent à la télévision avoir été au courant des fantaisies de Securitas contre Attac Vaud pendant et surtout après le G8 de 2003.

Suggestion pour le Grand Conseil: en plus de la constitution, prévoir une opérette annuelle explicative.

© pour une partie du titre, Franz Léhar

Tags: , , , ,

Catégorie: Res politica

Laisser un commentaire