Chic, les flics passent un mauvais moment

1 février 2011 | par | Pas de commentaire Plus loin

Flics dépitésSur ce blog on a douté et on continue de douter d’un système dans lequel toute la poursuite pénale est laissée aux seuls procureurs et aux flics. D’abord parce que les procureurs nouveaux ne sont que de tout fraîchement installés magistrats sans aucune expérience et sans envergure, souvent choisis parmi celles et ceux qui n’ont aucune jugeote ni aucune habitude des tâches que la loi leur confie. Et aussi parce que les vieux procureurs qui sont aux commandes et trustent donc, comme dans toute bonne famille,les enquêtes vaguement compliquées sont en général contaminés par la religion de l’aveu obtenu dans des conditions discutables pour ne pas dire plus.

Du côté des flics, c’est la panique. On ne peut plus embastiller et surtout menacer d’embastiller pour un rien. Les statistiques du taux d’occupation de la prison préventive de Champ-Dollon sont parlantes: 72 % de moins d’arrivants en janvier 2011 en comparaison avec la même période de l’année 2010. Comme si soudainement les vilains délinquants avaient disparu de la circulation par miracle, au point de flanquer  prochainement au chômage les troupes de matons débiles (pléonasme) fonctionnarisés à coup (coût?) de millions ces dernières années. Car ce qui est officiel à Genève se produit également dans les cantons voisins, avec une statistique analogue pour le Pays de Vaud, mais tenue nettement plus discrètement et pour certains grands cantons de Suisse alémanique, il est vrai nettement moins enclins depuis déjà un certain temps à l’embastillage systématique.

Du côté des procédures, c’est la gabegie totale, le flic de base ne sachant déjà pas écrire et surtout ne comprenant pas qu’on lui ait concocté une procédure pénale dans laquelle il ne peut plus tout faire. Les commissariats sont atterrés: voici qu’ils doivent maintenant construire des dossiers ficelés pour obtenir d’un juge des libertés une mise en détention préventive, et en plus que dans certains cas précis prévus par la loi.

On ne peut que se réjouir de voir ces congrégations du tout répressif complètement bloquées par des dispositions légales qui les dépassent et surtout qui les empêchent de continuer un petit jeu vil assimilable au chantage institutionnel qu’elles pratiquaient depuis des lustres. En plus, c’est l’Etat qui casque pour la plupart des défenseurs d’office, dont la présence rassure, mais dont les compétences sont souvent aussi nulles que celles de leurs adversaires. Et surtout, miracle inattendu de la nouvelle loi, les flics sont tellement pris par la correction interminable de leurs fautes d’orthographe qu’ils sont encore moins sur le terrain qu’auparavant. Une vertu dont on doit se féliciter tellement leur simple présence insupporte.

Tags: , , ,

Catégorie: Res politica

Laisser un commentaire