Chromosomes XX et XY

8 juillet 2008 | par | 12 commentaires Plus loin

chromosomeIl est politiquement correct et de bon ton aujourd’hui chez les psychologues, psychiatres, sociologues, enseignants, pseudo-intellos bien pensants de tous sexes, poils, qualités et confessions de féminiser le mâle et de masculiniser la femme, et d’expliquer urbi et orbi qu’au fond ces différences « sexuelles » n’ont strictement rien à voir avec l’hérédité, mais ne sont que la résultante de l’effet des mœurs, de la société et de l’évolution de cette dernière et ne « font donc pas sens ».

Que ces différences aussi il faut les gommer et voir la réalité des fonctions sociales de chacun. Il est de bon ton aussi de lâcher prise, comme diraient Rosette Poletti et ses disciples en résilience permanente larmoyante, de vivre pleinement ses différents aspects personnels, de laisser exprimer ses orientations à travers des coming in ou out selon le cas, de prôner un humanisme de bazar dans lequel tous les chats sont gris et les opinions aussi, de taxer immédiatement de raciste toute opinion critique sur ces sujets.

Les sexes se valent: il n’y a pas de différence, la « preuve », même les homosexuels ont des enfants ou en adoptent, les femmes deviennent des hommes avant d’accoucher et la transsexualité est une performance.

Les tenants de ce genre de théories font en réalité de la politique militante en faveur d’une société de la permissivité et de l’absence de l’interdit, suivant en cela aveuglément certains préceptes datant du défunt mois de mai 1968.

Les mêmes tenants de ce genre de théories taxent presque d’eugénisme coupable toute tentative de faire revenir le débat sur la base des fonctions naturelles et originelles des sexes, et on ne parle pas ici de péché ni de troisième sexe mais simplement d’histoire naturelle.

Et si l’on songeait simplement à une société qui simplement décide de fixer des repères acceptables et n’enseigne pas volontairement ce genre de sornettes sous prétexte d’égalitarisme primaire et benêt.

Ne parlons pas du sexe de dieu lui-même qui comme celui des anges reste un mystère pour celles et ceux qui y croient.

Alors d’accord, soyons ouverts et accueillants à la différence quelle qu’elle soit, mais ne perdons pas de vue qu’un homme ne sera jamais une femme et vice-versa sur un plan purement naturel. Malgré en effet les théories rappelées plus haut, il est un élément intangible et fondamental qu’aucun docteur étrange ne pourra jamais changer : la différence chromosomique naturelle intangible qui fait que seul l’homme possède dans sa panoplie un chromosome Y et un chromosome X, alors que la femme possède deux chromosomes X et pas de chromosome Y.

Ecologiquement parlant donc, et sans aucune discussion possible, les deux sexes sont différents à jamais, en tout cas chez l’homo erectus.

Donc le patrimoine héréditaire transmis à  la fécondation est un mélange certes, mais avec une essence particulière venant exclusivement du mâle. Ca ne fait pas de lui un être supérieur, certes non, mais ça différencie les sexes d’une façon telle que toute tentative sociétale de les unifier est un non-sens antinaturel.

Apprendre à comprendre les différences oui, faire en sorte de vivre équitablement entre sexes en société oui, vouloir que tous les sexes aient la même fonction non, ce n’est pas sur ces prémisses que l’éthique moderne pourra avancer, car elle serait alors en contradiction formelle avec les lois élémentaires de la nature.

Tags: , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (12)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. C’est rassurant de ne pas être une femme grâce au chromosome Y. Je ne risque pas de tomber enceint et d’être exhibé au cirque Barnum avec les Freaks.

  2. Michelle dit :

    « une société qui simplement décide de fixer des repères acceptables »

    C’est bien là un des problèmes, tout dépend de qui fixe les repères acceptables, ils seront différents si fixés par des hommes ou des femmes!
    Par exemple, le partage des tâches ménagères, évident pour la plupart des femmes, beaucoup moins par les hommes.
    Loin de moi l’idée d’un « égalitarisme primaire et benêt », mais je militerais encore pour un « travail égal, salaire égal »!
    Je n’arrive pas bien à cerner où tu veux en venir dans ton billet, ni ce qui t’a fait réagir et pousser un cri que ne renierait pas les anti-soixanthuitards, dont tu ne fais pas partie, ou bien ? 😉

  3. kalvin dit :

    @ Michelle

    Le vieux « post soixante-huitard » te salue en souriant. Ce billet n’est pas tombé de nulle part en effet, il aurait sans doute fallu le préciser. Dans mon esprit il n’a à voir qu’avec les théories psy qui font sans distinction des femmes-porteuses, des trans, des bi, des homos et autres spécificités particulières de la nature, des êtres parfaitement dans la norme, cette norme qui justement me paraît devoir être rétablie dans certains cas excessifs d’interprétation faits par de soi disant scientifiques.

    Il est de bon ton de tout trouver dans la norme. Or justement, le vieux râleur trouve que ce ton a tort, en l’occurrence.

  4. oli brius dit :

    Il ne faut toutefois pas oublier que le chromosome Y n’est qu’un chromosome X atrophié… 😉

    • SuperCarotte dit :

      Archi faux ! Le chromosome Y, même s’il s’est atrophié et stabilisé au cours du temps, contient des gènes supplémentaires qui n’ont pas d’équivalent sur le chromosome X. Ces gènes supplémentaires sont d’ailleurs dit « dominants », du contraire de « récessifs », c’est-à-dire qu’ils vont prendre le dessus sur les autres gènes équivalents sur X…
      Après, ne confondons pas tout, ce n’est pas la génétique qui dictent nos comportements hormis la fonction reproductrice… mais l’Homme ne se limite pas seulement à cette fonction, fort heureusement !

  5. kalvin dit :

    @ oli

    J’ai cru qu’à l’époque « il » avait pris une côte pour son bricolage… en fait il a pris un chromosome Y … 😉

  6. Michelle dit :

    Kalvin, faut pas croire toutes les histoires qu’on te raconte 😉

  7. Bio-man dit :

    « la différence chromosomique naturelle intangible qui fait que seul l’homme possède dans sa panoplie un chromosome Y et un chromosome X, alors que la femme possède deux chromosomes X et pas de chromosome Y »
    Ah, mais non mais non. Vous confondez sexe génétique et sexe physiologique. Ce n’est pas la même chose. Il existe un pourcentage non négligeable de femmes XY et d’hommes XX, sans que cela ne change quoi que ce soit dans leur apparence physique ni dans leur vie de tout les jours. La reproduction et le développement biologique sont des phénomènes très complexe que l’on est encore très loin de maitriser.
    « Donc le patrimoine héréditaire transmis à la fécondation est un mélange certes, mais avec une essence particulière venant exclusivement du mâle ».
    Encore une fois non. La détermination du sexe génétique lors de la fécondation est
    un phénomène très complexe que les bio-généticiens ne maitrisent pas complètement. Le spermatozoïde est autant « choisi » par l’ovule que l’inverse. Ce n’est pas spécifiquement le mâle qui détermine le sexe, mais le résultat d’une alchimie complexe entre le mâle et la femelle.

  8. Mas dit :

    C’est vrai qu’un homme ne deviendra jamais une femme, ni vice-versa. Il faut savoir accepter les autres et les comprendre, mais dans ce point-là, de différence, je suis tout à fait d’accord. Une transsexuelle restera un homme, et un transsexuel une femme quoiqu’il en soit: même avec une chirurgie de « ré-attribution du sexe », il y aura toujours cette loi naturelle. Je pense que le sexe existe primordialement pour se reproduire et maintenir l’espèce, et d’autres facteurs se joignent à ça, mais ne sont que secondaires.

  9. Candide dit :

    Bonjour,

    Qui veut « unifier » les deux sexes ? Personne ne nie leur différence, c’est scientifiquement impossible de le faire. Je ne vois pas vraiment où vous voulez en venir dans ce billet (malgré votre explication), dites-moi si je me trompe :
    – Vous trouvez que la société n’a aucune influence sur le schéma « couple homme-femme qui tombent amoureux, fait des galipettes et fonde une famille », naturellement, c’est ce qu’on fait.
    – Du coup, vous trouvez que mettre un pénis dans sa bouche et dans ses fesses quand on est un homme, c’est pas normal (mais quand on est une femme, c’est normal ?) ? L’homme ne se fait plaisir qu’avec la femme et son pénis, et la femme ne se fait plaisir qu’avec l’homme (pareil pour l’amour) ?
    – D’autre part, je suis curieuse de savoir les différences entre sexe. Pardonnez mes lacunes en sciences, mais le peu que j’ai pu lire (les femmes sont naturellement douces à cause de leur instinct maternel, bla bla bla, les hommes sont naturellement obsédés et prédateurs sexuels, bla bla bla…) ne m’a pas convaincu.
    – tous ceux qui dévieraient du « droit chemin » seraient donc anormaux et on ne devrait pas les banaliser.
    – la nature est au dessus de tout, c’est elle qu’on doit suivre.

    Chacun son point de vue, mais vous avez l’air tellement sûr de vous que je m’interroge sur ce que j’appelle mon « ouverture d’esprit ». Mais je trouve que vous tombez aussi dans le piège de la « bien-pensance » en obéissant qu’à la nature. D’ailleurs, c’est cette même nature qui nous a donné une conscience et une pensée abstraite. Je suis d’accord que dans la fécondation, l’ovule et le spermatozoïde sont nécessaires, mais pour le reste, qu’est-ce qui nous oblige à respecter les « normes », quand notre cerveau a la capacité de changer ces dernières et de ne pas se les imposer et se coincer dedans ?

    PS : si un jour, vous voulez une fellation, vous faites comment ? C’est pas « naturel », pas dans le schéma « pénis-vagin », pourtant ça ne fait de mal à personne, pourquoi se priver…
    PS 2 : je suis hétéro.
    PS 3 : et je suis sérieuse, pardonnez le ton un peu naïf de mon message, mais je suis jeune, c’est certainement naturel à mon âge.

    • « Je suis d’accord que dans la fécondation, l’ovule et le spermatozoïde sont nécessaires » dites-vous. Heureusement que vous reconnaissez cette différence de base à laquelle personne ne peut s’opposer. Pour le reste, notre cerveau a peut-être la capacité de changer les normes, mais pas les vérités physiques. Or il est de bon ton actuellement de vouloir en changer sous les prétextes les plus divers. je ne suis pas contre l’évolution des normes, mais encore faut-il en expliquer le pourquoi et le comment avec des arguments sensés.

  10. femmeparfaite.org dit :

    même en génétique, on est plus simple que les femmes 😀

Laisser un commentaire