Délits de faciès: foutaise lausannoise

Du papier pour du papier, de la pure masturbation pour très cher,  histoire de se donner bonne conscience mais rien de plus.

A lire les grandes lignes du projet dirigé par un éminent professeur (si l’on en croit la rumeur), pas de doute qu’avec de tels poncifs le flic ne va pas avancer d’un pouce dans sa façon de traiter bizarrement le chaland en fonction de sa provenance géographique, de son âge et de sa couleur de peau.

Le texte évangile du nouveau comité d’éthique mis en place dit notamment que « le délit de faciès est inacceptable, mais reconnaît qu’il est parfois nécessaire de procéder à des recherches ciblées de personnes. Pour éviter l’arbitraire, le policier doit se baser sur «un faisceau convergent d’indices», susceptibles de «fonder un soupçon».Son intervention doit être proportionnée et il doit en expliquer au mieux les raisons aux personnes interpellées ».

Avec le QI usuel du flic standard modèle 2010 (sans les options), le simple fait de lire cette directive d’une affligeante banalité va déjà en prendre un méchant coup. Mais quand il s’agira de l’appliquer, il ne sera pas capable de faire la différence entre la situation précédant ce torrent d’intelligence et celle qui va prévaloir. Il va commencer par confondre le faisceau d’indices avec la batte de base-ball …

On ne peut en effet écrire officiellement noir sur blanc que tant que les flics seront aussi cons qu’il sont, et ça va de mal en pis, c’est au processus de sélection qu’il faut s’attaquer et pas aux conséquences misérables qui en résultent.

Vuilleumier ne veut pas de police girouette, il a déjà une police gyrophare. Le jour où il aura une police éthique, équitable et digne d’un développement durable, ça se saura.

Tags: , , , ,

Catégorie: A la Une, Res politica

Laisser un commentaire