Banques suisses et clients français: schizophrénie?

15 septembre 2013 | par | 1 commentaire Plus loin

Affiche08
UBS et CS ne manquent pas d’air.

Après avoir payé sur quelques années pour environ 6 milliards de francs suisses d’amendes diverses pour une gamme d’infractions particulièrement gratinées, commises notamment aux USA, les voici qui réclament des clients français propres sur eux et dont l’argent n’a aucune odeur fiscale.

Nous, ce qu’on voudrait, ce sont des banques suisses irréprochables pour accueillir des fonds et s’activer dans l’économie réelle.

Pas des truands communicants.

Tags: , ,

Catégorie: Economie

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Nathanaël B. dit :

    Effectivement, les banques suisses, particulièrement celles actives dans la gestion de fortune ont fait des erreurs. L’erreur la plus répandue était de chasser le client fortuné hors de nos frontières (sur sol américain p.ex.) pour faire venir sa fortune en Suisse, ce que la loi de plusieurs pays défend, surtout si c’est pour de l’évasion fiscale.

    Comme le signale notre chroniqueur, elles ont payé pour cela des grosses amendes. Les autorités suisses pensaient qu’en laissant UBS livrer les 4000 et quelques noms et en payant une grosse amende, les autres banques ne serait poursuivies. La plupart des journalistes estimaient aussi que seul le grand méchant UBS payerait et que toutes les autres gentilles banques, trop sympathiques pour n’avoir jamais fait la même erreur ne seraient pas inquiétées. Mais c’était mal connaître les Américains… Ils attaquent maintenant l’ensemble des autres banques contre lesquelles ils ont des preuves, soit CS, des banques privées et des banques cantonales qui elles aussi avaient chassé le client américain sur ses terres. Elles devront passer à la caisse, d’ou la recherche d’un accord global avec les autorités américaines et non plus au cas par cas comme cela avait été négocié pour UBS.

    Ce que nous apprend cette histoire, c’est que les Américains n’ont pas d’amis, seulement des intérêts à défendre. Les amendes permettent de renflouer les caisses d’un Etat exangue et quand elles sont si gaillardement payées par les gentils suisses, ils seraient bêtes de s’en priver ! Et qu’ils vont toujours jusqu’au bout de leurs idées. Mais aussi, que le modèle d’affaire d’aller chercher des clients étrangers n’est pas le seul fait des grandes banques, mais de la quasi totalité des banques suisses.

    Les banques sont donc en train d’en tirer les leçons et d’exiger de leurs clients qu’ils soient étrangers ou Suisses, que l’argent déposé chez elles soit propre. N’est-ce pas quelque chose de positif ? Un pas dans la bonne direction ? Quant à moi, je le vois ainsi et le salue. C’est un premier pas dans la bonne direction.

Laisser un commentaire