Choisir sa banque …

10 octobre 2008 | par | 4 commentaires Plus loin

Alors que Mouhammar retire ses billes et nous fait le coup de la pompe sèche pour la deuxième fois en peu de temps (qu’il les garde ses dollars, il ne sont de toutes façons pas très propres politiquement parlant et qu’il fiche la paix aux deux pauvres pionniers helvètes pris en otage), la question qui sera dans quelques mois à l’ordre du jour, entre autres, sera celle du choix d’une banque pour y déposer quelques sous, ceux qui resteront après l’éclatement total du système que nous vivons actuellement.

Et lorsque ce moment là sera venu, il serait utile de poser ouvertement la question de l’éthique, des garanties, de la façon de gérer, du système de rémunération des dirigeants et des marges de profits avant de décider où les petits sous vont atterrir.

Celle aussi de la concurrence, des prix surfaits de prestations et finalement du rapport qualité-prix, revu et corrigé à l’aune d’un système dans lequel la croissance ne sera plus la seule et unique reine.

Il sera alors essentiel de reprendre le contrôle des banques par là où ça fait mal, à savoir le jeu des exigences fermes posées par le client. Préparons-nous à renverser les rôles: de celui d’otage d’un système globalisé et arrogant il faudra passer à celui d’un partenaire soucieux de ses intérêts mais qui pose des exigences claires.

Il y a toujours du positif dans les cataclysmes : ce qui précède en fait partie et devrait ouvrir une voie royale à des établissements éthiques, comme la Banque Alternative Suisse, le seul établissement en Suisse dans lequel le client peut déposer de l’argent et renoncer à une rémunération sur certains de ses avoirs au profit de la collectivité des clients, ou d’un projet durable ou éthique dûment choisi : un autre modèle économique dans lequel l’intérêt général prime sur l’individualisme forcené, mais dans lequel la rémunération vient précisément d’une juste répartition de cette dernière au profit de tous.

Ne vaut-il pas mieux vivre dans un pays calme et non secoué par les fantaisies funestes des banquiers que stressés et avides de profits théoriques.

Ne serait-ce pas aussi une petite contribution facile au développement d’une société ou le durable et l’équitable deviendraient des principes fondateurs. Et une juste façon de refuser de participer à la refondation d’un système inique et qui montre ses fissures et ses aspects immoraux chaque jour un peu plus.

NB de 11 h 35 : non, ce billet n’est pas sponsorisé du tout.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Economie

Commentaires (4)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Téodoro do Watersquirt dit :

    Ca fait doucement ricaner une quantité grandissante de gens. Dont moi, je fais partie de ceux pour qui les banques n’ont pratiquement aucune utilité.

    J’ai été obligé d’ouvrir un compte pour que le peu d’argent que je gagne y soit versé (on ne peut plus se faire payer son salaire en espèces et si on le reçoit en chèque sans avoir de compte on vous facture des frais injustifiés et surévalués).

    Ce compte est utilisé une fois par mois pour en retirer tout l’argent qui sert à payer mes factures et à bouffer, pardon, à manger… Ce qui fait qu’ensuite il ne reste rien. Pas d’économies, d’épargne, de placements ou de joujoux boursiers.

    Alors si les banques se cassent la gueule, si on doit limiter les garanties à 30’000 ou à 100’000 francs, moi j’en sais rien, mais je peux pas m’empêcher de ricaner un peu. Eh oui, je suis un salaud de pauvre…

    Téo doW

  2. greg dit :

    Salaud de presque pauvre moi aussi (pas d’épargne, pas de dettes, et pas la moindre envie de devenir riche d’ailleurs), force m’est de constater que mon petit compte courant à la Poste me coûte plus en frais qu’il me rapporte d’intérêts.

    Si donc je pouvais être payé en espèces, cela me conviendrais à merveille, malheureusement cela n’est pratiquement plus possible.

    Quoique, en 1995 mon employeur, une entreprise lausannoise de construction avec pas loin de 100 exmployés, avait encore un patron qui passait donner les enveloppes aux 60 employés non mensualisés, pour la bonne raison qu’il y avait trop souvent d’erreurs de la part de leur banque après les ordres de virement, et trop de frais de cette même banque…

  3. Eam dit :

    Banque et Ethique ?? ca va ensemble 😉 ?

  4. David dit :

    Un bien beau commentaire de EAM qui en profite gentiment pour nous glisser un lien particulièrement inutile. Si jamais, les commentaires sous WP sont en général assortis d’un nofollow.

Laisser un commentaire