COOP: l’esprit de vin

31 janvier 2010 | par | Pas de commentaire Plus loin

On se souvient que la COOP, à la base, n’est pas censée être une entité capitaliste mais qu’elle devrait, comme toute société coopérative en droit suisse suivre à la lettre et dans son esprit l’article 828 CO qui dit:  » La société coopérative est celle que forment des personnes ou sociétés commerciales d’un nombre variable, organisées corporativement, et qui poursuit principalement le but de favoriser ou de garantir, par une action commune, des intérêts économiques déterminés de ses membres« .

Comme son concurrent, COOP ne distribue pas de profit en cash à des coopérateurs, mais « assure leur bonheur » grâce à de soi disant judicieux investissements. Et du moment que la communication de la COOP est bien faite, le coopérateur dissous au milieu de ses congénères n’a plus qu’à la boucler, les chefs se servant au passage et régnant de main de maîtres sur ce géant.

Il est toujours intéressant de traîner dans les différents rayons du géant au mois de janvier, car c’est celui de la valse des étiquettes. 2009 n’a pas vu poindre une inflation majeure, pour ne pas dire plus. Et la même année n’a pas vu non plus les producteurs de vin se remplir plus les poches qu’usuellement.

Mais alors, comment faire passer une jolie hausse en douce : voici la recette, un exemple parmi beaucoup d’autres.

Acheter en gros. Créer artificiellement et sur certains articles une pénurie momentanée ou des pseudo ruptures de stock pour aiguiser la curiosité du consommateur.

Si possible, pour le vin blanc  de gamme très moyenne, vendre sous une appellation sympathique pseudo terroir, mais faire venir le liquide par camions citernes et le faire mettre en bouteilles en Suisse alémanique.

Fixer le prix, exemple du Luins « Les Oursons« , appellation COOP Basel contrôlée, à Fr 6.90 la bouteille en fin 2009. Attendre et laisser mûrir le client. Fin janvier 2010 mettre en place une « promotion de derrière les fagots  » avec des cartons de Luins 2009 « Les Oursons », dont le prix par bouteille aura passé en douceur à Fr 7.25 (en promotion donc). Laisse mariner le client. Ramasser la monnaie.

Bien sûr, Fr. 0.35 sur Fr. 6.90 ne représentent que 5.07 % d’augmentation nette. Mais elle est parfaitement injustifiée actuellement, sinon par la politique du géant qui vise avant tout le profit global mais visiblement pas la satisfaction de ses membres.

Si seulement quelques membres se rendaient aux assemblées générales pour y faire valoir leur point de vue. Mais ils en sont dissuadés devant l’ampleur de la tâche et le peu de crédit qu’on leur réserve.

La COOP tourne en circuit fermé et tourne en bourrique le consommateur. Des ronds qui en rapportent d’autres … quand on sait que le prix d’achat par litre du breuvage en question n’excède pas Fr. 3.55 dans le meilleur des cas (ou rapporté à la bouteille de 75 cl Fr. 2.66)

Faut pas s’étonner que COOP ait sa banque …

PS: si on achète sur Internet ou dans certains magasins triés sur le volet, et par 6 bouteilles donc, il y a effectivement un rabais. Mais l’augmentation de prix 2010 sur celui accordé au rabais en 2009 est la même … que celle par bouteille prise à l’unité.

Tags: , , , , , ,

Catégorie: A la Une, Economie

Laisser un commentaire