FINMA ET TAF : la grêle après …

Sortant de leur torpeur et de leur usuel sommeil, voici que les éminents juges du TAF (Tribunal fédéral administratif) se sont mis en tête de décider quelque chose, à savoir de prendre une position formelle et judiciaire sur les agissements de la FINMA et leur fondement juridique.

Marrant quand même, maintenant que le mal est fait. Marrant quand même quand ça ne sert plus à rien. Marrante aussi cette inusitée auto-saisine, qui sonne comme une fusée anti-grêle nettement après l’orage et qui aurait été tirée car on « doit finir le stock de munitions ».

On a rarement vu autorité de jugement en Suisse décider sans demande de quiconque qu’elle va autoproclamer un droit de recours inutile et inutilisé. Ou peut-être même que certains recours contre sa décision du début de l’année ont été retirés par économie des moyens, ce qui rendrait la position du TAF assez machiavéliquement dictée par des ordres de Berne …

De deux choses l’une : ou la FINMA (ce que l’on dit ici depuis le début) a grossièrement violé le droit suisse en couvrant la fourniture de détails sur des titulaires de comptes au fisc US, ou alors le TAF se cherche du boulot pour justifier ses appointements de ministres.

Car quoiqu’on puisse penser de la fonction de juge en général, le TAF donne franchement ici une étrange image de la justice en Suisse, une justice qui déciderait a posteriori de l’existence d’une faute qu’elle sait a priori ne pas pouvoir sanctionner. Masturbation judiciaire habituelle, tout au plus …

Ou alors, est-ce à mettre en relation avec le voyage coûteux en première classe fait à Canossa par le tandem de rigolos Villiger-Grübel, qui n’y est pas allé à vélo, et qui se prosterne pour que l’UBS soutenue par Merz le bienheureux ne soit plus poursuivie aux USA.

Jamais même en rêve ils ne seront suivis, car une fois qu’on a donné, on est toujours prié de donner et de redonner encore. C’est un peu comme pain pour le prochain, on reçoit chaque année des bulletins de versement…

Le fisc US n’est pas indépendant, mais la justice l’est !!  Or que lui dit-on à cette justice américaine ? que l’on ne veut plus violer le droit suisse …. que le FINMA étudiera de près la question.

La justice américaine va sans aucun doute répondre sans ambages à la banque en lui retournant le compliment: ce ne serait pas légal au sens du droit US de cesser ainsi des poursuites contre des agissements considérés aux USA comme criminels.

Et par conséquent UBS sera priée de passer non seulement à la caisse mais au tourniquet, ce dont on ne peut que se réjouir.

Cette cacophonie générale provoquée par des banquiers pas vraiment malins (euphémisme) est consolidée de jour en jour par les errements de Merz le bienheureux, qui n’arrête pas de faire les choses de travers. Une fois il rampe, une fois il tire à vue, une fois il se tait, une fois il parle pour ne rien dire … bref il est complètement largué le pauvre.

Et le problème est que manifestement il ne s’en rend pas compte et qu’en plus il préside en 2009 aux destinée de la Suisse.

On en vient presque à se demander si un petit voyage au Mexique ne lui serait pas profitable et s’il a réellement récupéré de son affection de l’an passé. Car sa politique actuelle ne se ferait même pas dans un carnotzet à 3 heures du matin.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Economie

Commentaires (3)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Lu hier dans LeMatin, une interview du 5 janvier dernier, de l’ambassadeur Michael Reiterer sur le secret bancaire signée « Anonymous ». Je salue la discrétion du journaliste et son empressement à nous communiquer son papier. Cela rejoint mon commentaire au Nouvelliste du 26 avril passé. Il n’est jamais trop tard pour bien faire, comme le TAF qui vient enquêter sur les agissements de la FINMA et d’une faute grave en ayant violé le droit suisse sur la protection du secret bancaire et l’ayant reconnu en payant une forte amende. Les aboiements plaintifs de l’UBS ne trompent pas le fisc américain. La Suisse est coupable et en subira les funestes conséquences. Au nom de la transparence, je suis favorable au tampon UBS sur le passeport de nos étrangers en « visite » à l’UBS. Et pour en finir avec la presse qui continue de nous danser sur le ventre, je propose une seule presse pour respecter l’unanisme de la pensée, celle du concordat des sages.

  2. Obama semble décidé à obtenir les informations des 50’000 comptes américains ayant abusé le fisc. Ce grand nettoyage ne concerne pas seulement nos banquiers, mais la planète entière. Cela me fait penser à la série télé des Incorruptibles. Mais on ne nous a pas encore tout dit. Obama le dernier croisé, va se heuter au citoyen à la croix blanche qui veut préserver son gagne-pain. Pendant des décennies, nous avons servi les pires crapules de la planète, des criminels nazis aux dictateurs africains et j’en passe. Ne tuons pas notre vache à lait, que faire? Nous devons apprendre à vivre en autarcie, réactiver le plan Wahlen, ressuciter Guisan, accueillir les prisonniers de Guantanamao, ouvrir des camps Pro Juventute, manger Bircher, se chauffer et cuisiner au bois, se laver à l’eau froide, fermer les prisons, tricoter, fermer les écoles, créer des comités de salut public et en dernier fermer nos frontières. Ainsi les mesures de rétorsions de Barak ne nous toucherons pas et nous vivrons heureux entre nous, comme avant.

  3. En cette période de crise, on pense aux charognards, Ospel et consorts. Son salaire de 25 millions représentait les salaires annuels de 400 collaborateurs à chf 5’000.-mensuel. Et on me rapporte encore qu’il le méritait, alors qu’il nous a volé impunément. Certains suisses sont bornés et ils ne sont pas les seuls, hélas. 400 postes de travail, c’est « insane », si on calcule qu’un poste de travail fait vivre au moins 3 personnes. Valait-il le capital de 1200 humains? En le chassant, être nuisible, nous aurions peut-être pu garder au lieu de licencier des gens honnêtes. Mais la moralité du peuple est autre.

Laisser un commentaire