France: coût du travail ou coût des palabres?

26 juillet 2012 | par | Pas de commentaire Plus loin

Il y a des mois que la droite, qui n’a rien fait pour combattre ce phénomène depuis au moins 10 ans et la gauche, fraîchement arrivée au pouvoir et politiquement naïve sur ce point, se battent pour admettre ou contester que le coût du travail dans l’Hexagone est différent d’ailleurs.

Produire une sucette à la fraise en France serait bien plus compliqué et plus cher que dans certains pays proches ou éloignés. Triste mais bien réel constat.

Avant de se pencher sur le coût du travail proprement dit, il serait peut-être utile à nos chers voisins de reconsidérer le coût du non-travail et surtout celui de son organisation de base.

Ou plus exactement le coût de la portion considérable passée avec un gout immodéré dans l’Hexagone pour le meeting en général et les palabres en particulier.

La conception du travail en France exclut presque la prise de décision autonome: tout se conçoit de réunions en réunions, aussi inutiles et lourdes les unes que les autres. Appliquées par exemple au cas PSA, elles ne se révèlent pas des plus efficaces, du moins au regard des résultats du premier semestre 2012.

Moins de réunions, beaucoup moins de réunions, mais nettement plus de responsabilisation personnelle et moins de vent en général devraient déjà permettre d’alléger la mousse qui vient avant le coût proprement dit du travail.

Mais on touche là à une conception vieillotte de la protection sociale qui feint d’ignorer que le monde a changé, qu’on le veuille ou non.

Et ceci même quand on est de gauche.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Economie

Laisser un commentaire