Jersey, le petit tricot pour bas de laine

5 décembre 2008 | par | 5 commentaires Plus loin

On avait déjà compris que les parlementaires ne pigeaient strictement rien aux structures financières et que le Conseil fédéral ne valait pas mieux.

Mais au milieu d’un gué pourtant particulièrement dangereux, voici que l’on apprend aujourd’hui que les fameux six milliards ont filé hier vers Jersey, vers UBS Jersey donc, ou à une portée de canons respectable de toute possibilité de les récupérer facilement.

Outre comme le mentionne le PS que cette situation de faits et de fait accompli est choquante en soi, elle est de nouveau justifiée par de faux motifs. On nous parle d’impôt anticipé pour tenter de faire passer la pilule, mais le problème n’est pas là.

L’émetteur de l’emprunt obligataire convertible en actions n’est pas la banque helvétique mais une de ses filiales étrangères.

Et donc une nouvelle fois le peuple se fait avoir par la naïveté d’un gouvernement finalement bien en mal de trouver des solutions intelligentes à des problèmes qui le dépassent manifestement. Laisser l’AFF signer un contrat portant sur une aide populaire de secours avec une société offshore démontre bien une complicité inquiétante, mais plus vraisemblablement une nagée complète et réitérée du gouvernement helvétique.

Car la véritable raison n’a strictement rien à voir avec un problème d »impôt anticipé que le gouvernement suisse pouvait régler en deux coups de cuillères à pot.

Non, le problème est plus subtil et trivial: l’argent a juridiquement du moins, quitté la Suisse, donc, et si jamais on devait actionner le groupe UBS bénéficiaire pour le récupérer (hypothèse….), il faudrait aller jouer devant les Tribunaux des Iles Anglo-Normandes pour tenter de récolter trois sous.

Autant dire que la souscription de cet emprunt convertible s’apparente maintenant beaucoup plus pour la Confédération à un don à la Chaîne du Bonheur qu’à un placement sensé et censé rapporter une fois quelque chose.

Triste réalité qui ne fait même pas piper un mot à un seul des partis bourgeois : c’est dire s’ils se soucient de l’intérêt public … fichtre.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Economie

Commentaires (5)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Je vous recommande de lire les commentaires de nos compatriotes dans le Matin, édifiant et désolant. Peut-être que cela cela servira à financer les futurs départs et autres bonus à venir et en moins dramatique que le suicide d’Alex Widmer, directeur de Julius Baer.

  2. kalvin dit :

    @ George
    Je viens de les parcourir, édifiant !!!

  3. Dani dit :

    En effet…. mais qu’ils sont cons… Il se font ent…. et en redemandent ! Une partie des suisses sont vraiment masochistes !

  4. Hans-Rudolf n’a pas encore compris qu’il a fait afffaire à des gens sans aucuns scrupules, qu’il est manipulé. Il n’est pas le seul.

  5. Hier le 10 ct, le couple Kurer-Rohner ont déclaré dans une circulaire interne, que le cadeau des 66 milliards n’était pas indispensable et qu’il ne s’agissait que d’un plan d’assainissement et non d’un sauvetage. Ouf, on respire… Hans-Rudolph n’est qu’à moitié cocu…

Laisser un commentaire