Le Temps lit trop vite

7 décembre 2010 | par | 8 commentaires Plus loin

On ne se demande plus pour qui le Temps, le « quotidien suisse de référence« , roule en matière bancaire.

Il proclame ce jour en fanfaronnade sur son site internet : « L’UE accepte des limites à l’échange automatique d’informations fiscales« , au sujet des discussions qui ont lieu ces jours à Bruxelles en marge de l’ECOFIN.

Sauf que le brave chroniqueur du respectable organe de presse pourrait quand même se donner la peine de lire ce qu’on lui fournit jusqu’au bout avant de tirer des plans sur la comète. Il explique en effet avec une délicieuse fierté intérieure que l’échange automatique d’informations dans l’EU sera restreint et que ça sera tout bénéfice pour l’Helvétie.

Ce faisant il oublie la bonne date d’entrée en vigueur et aussi qu’en matière de limitations, on a  fait mieux en ce bas monde.

La directive prévoit en effet l’échange automatique d’informations à partir de 2015 (et non pas 2013) et  la limite aux fameuses 5 sources de revenus « disponibles » n’en est pas une puisque ces revenus (qui sont au nombre de huit) comprennent  à peu près tout ce qu’un individu peut gagner : salaires, honoraires, dividendes, gains en capital, produits d’assurances-vie, rentes et pensions, revenus de biens immobiliers).

A part le lot 27 de la tombola du ski-club de Goumoëns-le-Jus, et encore, tout y est.

Mais que cherche donc à prouver le Temps avec de genre de commentaires biaisés ?

Le texte adopté (en version anglaise)

Tags: , , , ,

Catégorie: Economie

Commentaires (8)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Genève Invest promet des rendements proches de l’usure qui est de 8% et vous trouvez des journaux établis qui se rendent les partenaires de leur plublicité, la crise est formidable.

  2. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Le Temps ne veut prouver rien du tout, sauf nous prouver qu’ils font partie des gens qui ne méritent que de les ignorer et de ne plus les lire. Ils détruisent leur propre outil de travail pour quelques sous. Cette Suisse est une honte.

  3. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Les russes rachètent leur passé, leur mémoire, ce qui est nécessaire pour dépasser la tragédie du comunisme et essayer de panser la plaie. Les excès de la noblesse irresponsable, devait être sanctionnée en son temps et merci aux juifs. Le Vénézuela va reconnaître la Palestine, le lobby de David, criant, mais la caravanne va passer, même si avec des Samy, on en perd son latin, car un musulman reconnaît son geste, mais jamais sa faute, sa religion lui en interdit, la main de Dieu.

  4. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Il faut laisser Rappaz crever, c’est son choix, mal dans sa peau. Suicidaire, c’est certain, trop jeune pour s’accrocher, un imbécile, série B. Il faudrait inventer un nouveau mot, la ridiculité, un non-sens.

  5. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Le temps va trop vite, j’y pense chaque jour, au soir de ma vie, ce qui me rend fumasse. Je règle quelques comptes, le féminisme avec les féminoïdes ont détruit la famille et si les hommes aujourd’hui sont si passifs, on ne doit pas s’en étonner. Ma réputation ici est d’être un homme difficile, selon ma coiffeuse, Nuria. Son fiancé est parti depuis longtemps, pourtant elle ne méritait pas ça.

  6. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Ce ne sont ni les juifs de la Grande Pomme, ni ceux de Jérusalem, qui représentent cette race et cette culrure au nom de tous. Le sionisme est une hérésie au nom d’un massacre, un abus. Que dire des noirs, des indiens, l’oubli, pourquoi ? Je descend d’un juif par ma mère, Isaac Singer de la machine à coudre et si je me suis rendu deux fois en Palestine, je n’ai jamais ressenti le besoin de reconnaître l’Etat d’Israêl, qui est abusif, une usurpation, la Shoah n’a rien à voir avec cela, le juif n’est qu’un sémite circoncis. Basta.

  7. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Micheline à nouveau, la médiocrité se confirme, mais c’est tellement plus rassurant, plus de chez nous. Et au fond, c’est le prix de la démocratie, on risque moins. L’excellence n’appartient qu’aux riches, cela fait moins de jaloux. On se calme et on s’ennuie. Que fait un policier durant sa journée, il s’ennuie mortellement. Ici, je vis.

  8. George de Geofroy de Glücksberg dit :

    Le fisc français n’a pas besoin de preuves pour vous imposer, il vous estime à votre train de vie. Par ailleurs beaucoup d’étrangers viennent s’établir en Valais et payent un impôt forfaitaire, pour autant que l’on y travaille pas et surtout l’absence d’impôt de succession, une panaméenne coiffant le tout. Pour le fisc américain, c’est différent, il faut des preuves comptables et surtout le droit anglais de la préméditation, fait aggravant. Dans le droit napoléonien, le quidam doit prouver son innocence, pour les anglais, c’est le contraire. L’idéal est de vider son compte en achetant un Picasso que l’on accroche dans son salon ou au port-franc et que l’on se fait voler, après l’avoir bien assuré, coup double, vous m’avez dit, pensez à Saquara qui en payait un pour deux, merci les Lloyds et la valise diplomatique, si c’est du beau linge.

Laisser un commentaire