Mondialisation : le retour de bâton salutaire

10 août 2007 | par | 4 commentaires Plus loin

crisede1929.jpg

On l’annonçait ici depuis une bonne quinzaine de jours, la déroute financière internationale est à nos portes, elle a même déjà pénétré le sanctuaire.

Le sport favori des banques centrales est de ne rien faire quand il faudrait faire quelque chose et de faire l’inverse de ce qu’il faudrait faire quand il n’y a justement rien à faire. La BCE vient d’arroser le marché des liquidités d’une centaine de milliards d’euros, (le même montant qu’au lendemain du 11 septembre 2001) les japonais d’une dizaine d’autres, pour que ces "pauvres banques commerciales" ne plongent pas complètement en raison de la crise des "subprimes" de l’immobilier américain.

Justement laissons les plonger, ça fera de la place pour de vraies banques. Paribas a déjà trois fonds de placement en faillite technique. IKB, un très important institut financier allemand est en déroute, le ministre des finances Peer Steinbrück ayant dû interrompre ses vacances pour voler à son secours, une déroute qualifiée de "plus grave crise bancaire depuis 1931" par le patron du régulateur boursier d’outre-Rhin.

Le Crédit Suisse ne pipe mot pour l’instant, mais à l’interne on sait assez bien à combien va se monter la facture. L’UBS est outrageusement silencieuse. Hier jeudi les bourses ont toutes plongé et on ne sait jusqu’où elles iront ce vendredi.

"Ce que nous savons avec certitude, expliquait l’économiste américain John Kenneth Galbraith, c’est que les épisodes spéculatifs ne se terminent jamais en douceur. Il est sage de prédire le pire, même s’il est, selon la plupart des gens, peu probable."

Un peu comme la nature, il faudrait que les régulations se fassent et ne soient pas faussées par l’action des banques centrales. Que les canards boiteux tombent, que les spéculateurs perdent, et que la fausse valeur purement financière et spéculative soit réajustée, pour parler poliment.

Ainsi serait enfin mise à mal la toute puissance de l’économique sur le politique et le côté soi disant inéluctable de la mondialisation actuelle, celle du credo absolu de la croissance qui ne peut pas, par définition, continuer sur sa lancée indéfiniment.

Tags: , ,

Catégorie: Economie

Commentaires (4)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Sugus dit :

    « Il faudrait… » Avec quelles conséquences ? quels dégâts ?

  2. kalvin dit :

    Bonne question: je développerai dans un futur billet.

Laisser un commentaire