WEF: théories, théories, théories …

28 janvier 2009 | par | 9 commentaires Plus loin

L’édition 2009 du machin sans queue ni tête a commencé à Davos, avec son faste usuel et avec ses porteurs d’eau et de nouvelles officielles. Mais comment peut-on donner le moindre crédit aux bavardages sans issue de gugusses qui, il y a deux ans encore, « célébraient un conte de fées à Davos« , selon les propres termes de Michael Eliott, directeur du magazine Times, habitué des lieux.

Comment croire un seul instant ce que va raconter le boss de UBS, incapable de gérer sa propre maison. Comment aussi croire ne serait-ce que dix secondes les bavardages des cheikhs venus à Davos uniquement pour faire leur marché parmi les décombres absorbables à prix cassés.

Tous les regards sont tournés vers la Chine, devenue le sauveur potentiel et l’eldorado des exportateurs, si toutefois l’ex-empire parvient à juguler la propre crise interne qui frappe son industrie. Mais tout se tient, car pour exporter depuis Beijing ou Fuzhou, il faut quand même que les clients tiennent encore debout.

En particulier ceux qui résident aux USA, pour lesquels on sait qu’un plan audacieux est en marche, aux limites même de l’emballement de la planche à billets, et sans que l’on puisse actuellement savoir s’il va fonctionner.

blabla
Car finalement tout le hic est là : les penseurs économiques se sont tellement trompés ces derniers mois et années qu’ils n’osent plus dire grand chose d’autre que des paroles que Cassandre ne renierait pas.

Mais ce n’est pas de cela que l’on a besoin, mais de réflexions intelligentes sur les moyens de se sortir globalement et intelligemment du mauvais pas dans lequel les financiers et les banquiers ont plongé le monde, avec la complicité passive des politiques de toutes couleurs.

On parle de refondation du capitalisme, grand mots vides lorsqu’ils sortent de la bouche des curistes de Davos : leur attitude est simple, ne pas penser un instant ce qu’ils racontent actuellement, faire le gros dos assis sur leurs milliards et attendre que ça passe pour recommencer de plus belle lorsque le soleil reviendra, dans des schémas économiques et financiers encore plus dévastateurs que ceux qui ont créé la crise actuelle.

Ainsi donc, puisque quelques politiques ont fait le déplacement de Davos, on doit leur rappeler que c’est à eux, élus des peuples, que revient la responsabilité première de juguler la crise. Et pour juguler la crise il faut tuer le vieil homme, définitivement, à savoir excommunier tous les acteurs économiques et financiers qui sont responsables de ce qui est arrivé. Ces acteurs sont en effet les seuls actuellement à avoir d’une part créé la crise, puis demandé et obtenu des centaines de milliards pour leur propre survie.

Seule une économie financière complètement sous contrôle étatique est à même d’empêcher le retour des bonnes vieilles pratiques. Et par la même occasion, tant qu’à tenir ces messieurs sous contrôle, on peut aussi en profiter pour jauger et juger leur degré de responsabilité, et leur faire payer directement les coûts de reconstruction en procédant à de pures et simples prises de guerre.

Ce ne serait que moral que les responsables payent après avoir honteusement profité des décades durant de rentes de situation et permettent ainsi au monde de se redresser.

Tags: , , , , ,

Catégorie: Economie

Commentaires (9)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Marc dit :

    D’accord avec Kalvin, mais il faudrait expliquer comment peut fonctionner une  » économie financière complètement sous contrôle étatique » ! Car l’Etat peut lui aussi faire preuve d’énorme incompétence, ainsi par exemple l’interdiction de la manifestation antiwef prévue à Genève le 31 janvier, interdiction justifiée pour « sauvegarder la République », et qui aura pour effet d’attirer encore plus de casseurs et d’y opposer des flics stressés et sous pression qui se défouleront dès qu’il pourront « casser du jeune ». Le dérapage est programmé ! En attendant les vrais casseurs, ceux qui cassent la planète, devisent tranquillement à Davos sous la protection gracieusement offerte de l’armée suisse (la meilleure du monde selon Ueli). Ils se disent des choses intéressantes, par exemple Klaus Schwab a déclaré que

    “We are all in some way responsible for not recognizing the risks of a world completely out of balance. We should have listened much more to those who saw the signs on the wall, and to those who also spoke out here.”

    On a un peu de peine a être convaincu de cette soudaine lucidité.

  2. Marc dit :

    Les policiers genevois pourront méditer sur une chose : pendant qu’ils défendront la république en danger en essayant de combattre les manifestant antiwef, monsieur Saif al-Islam Kadhafi, frère de leur copain Hannibal se promènera dans les salons feutrés de Davos. Il ne risque pas que des rambos genevois viennent l’arrêter puisqu’il s’y trouve sous la protection de notre armée.

  3. kalvin dit :

    @ Marc

    A moins que Ueli l’éclipse donne l’ordre de l’assigner à résidence dans une forteresse jusqu’au retour de nos braves suisses interdits de déplacement …

  4. Est-ce que l’autre fils Kadafi est venu à Davos pour baisser, biaiser culotte, le CF et HRM sont biens des rigolos et les médias du Matin aussi.

  5. Nelson dit :

    L’auteur de ce billet aurait pu s’abstenir d’en rajouter une [théorie].
    ça donne l’impression que la solution à l’actuelle phase grave dans notre évolution tient dans l’opinion d’un « donneur d’opinion ».

  6. kalvin dit :

    @ Nelson

    Avec zéro idée on ne fait pas avancer le truc. Vos suggestions sont les bienvenues.

  7. J’ai bien peur que nos deux tintins suisses ne reviennent privés de los huevos par vengeance et pour réparer le crime genevois.

  8. halcyon dit :

    Une erreur dites-vous? Mais à qui le « crime » profite-t-il? Peut-on parler d’erreur quand la monopolisation des richesses est inhérente à la structure d’un système économique ? Nous ne sommes pas tous dans le même bateau…

  9. Je viens de lire dans la presse palestinienne que le Hamas se prépare à une opération d’envergure à Jerusalem au mur des LAMENTATIONS.
    Est-ce un autre 11 septembre avec l’aide de l’Iran que OBAMA va laisser faire. Gaza sera vengé ?

Laisser un commentaire