« Harry » Pascal Broulis et sa baguette magique

broulis pascal remerciant les donateursVous avez sans doute déjà remarqué, le Président du Conseil d’Etat Vaudois et ci-devant ministre des finances affiche depuis un certain temps une mine claire et réjouie au sujet de la charge fiscale cantonale vaudoise: elle est stable voire en baisse, proclame-t-il urbi et orbi comme dans une sorte d’encyclique enivrante ….

Dans le genre désinformation, on ne fait pas mieux. Oui, les impôts cantonaux prennent un chemin réjouissant. Mais pour quelles raisons et à quel prix ? au prix d’un tour de passe-passe ou de concours de patate chaude que l’on peut résumer comme suit: toi, chère commune de X, voici la patate du grand Pascal, ou en d’autres termes voici maintenant ce que tu devras payer au canton (et donc augmenter tes impôts pour y parvenir). Donc les impôts vaudois globaux (impôts communaux compris) du contribuable lambda augmentent et ne baissent pas.

Et ce jeu de la patate chaude n’est pas dicté par des règles équitables mais par une sorte de système usine à gaz réinventé par « Harry » Pascal Broulis, avec la bénédiction des députés du Grand Conseil vaudois qui ne comprennent malheureusement pas grand chose aux chiffres. Des formules hypercomplexes et soi disant indiscutables, qui sont sans doute issues des recherches sur les croisements d’orbites de corps célestes par la NASA, permettent au grand argentier de faire rentrer les sous.

Si l’on se réfère aux chiffres 2006 ( 2007 est du même style mais pas encore complètement disponible) de la péréquation financière intercommunale pour le district du Jura Nord Vaudois en matière de facture sociale, on constate des anomalies assez extravagantes. Sur 85 communes environ, plus de 70 bénéficient de cette péréquation. Et curieusement ce sont sans doute les plus mal gérées et celles d’où proviennent exclusivement les députés du district et où le taux d’impôt communal est le plus haut.

A l’inverse, 11 communes petites, dépourvues de députés, bien gérées et pas bien riches, mais qui ont maintenu un taux d’impôt communal bas (Ballaigues par exemple) sont pénalisées et crachent au bassinet.

Un exemple: à Yverdon, la péréquation rapportait à la ville en 2006 Fr. 931.– par habitant avec un taux d’impôt de 80.5
En même temps, la péréquation COÛTAIT au village de Ballaigues Fr. 694.– par habitant avec un taux d’impôt de 70

Différence : Fr. 1625.– par habitant justifiée par quoi ? mystère total.

Évidemment à Yverdon-les-Bains, on regorge de députés. Autre bizarrerie, à Sainte-Croix, lieu de domicile du ministre susmentionné, la commune a reçu Fr 1’100.– par habitant toujours en 2006. Tout ceci grâce à la baguette magique cantonale.

En plus, pour arranger le tout, l’Etat réclame environ 6 % d’intérêt de retard sur toute somme due par une commune. Mais quand c’est lui qui doit de l’argent à une commune, il ne calcule aucun intérêt rémunérateur et met 9 à 10 mois à payer, s’agissant notamment de la facture sociale.

C’est donc clair qu’avec ce genre de pratiques l’Etat de Vaud se porte mieux. Mais l’Etat c’est qui ? c’est nous de grâce, et le contribuable électeur lambda lui se porte nettement moins bien et va finir par se fâcher tout rouge quand on lui aura expliqué les choses calmement et clairement.

Ah oui, au fait, Pascal n’est pas marxiste mais encarté chez les radicaux.

Tags: , , , , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (6)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Je vous écris en marge pour vous dire que je suis convoqué demain par le tribunal d’Ibiza pour avoir écrit à mes enfants que leur mère est une petite juive de [m…]. Je vais donc le
    confirmer car je ne vois pas pourquoi l’on pourrait mettre en doute la véracité de mes propos. Ceci dit en toute confidentialité. Copie à mon vieil ami JCL.

  2. kalvin dit :

    @ George. Navré pour vous, mais quel rapport avec ce billet ?

  3. D’accord avec vous, cela n’a aucun sens, sauf pour moi !?

  4. defo dit :

    Régimes de ‘gouvernance’.

    Dans ce bas monde, il y a des régimes qui bombardent ses populations assoiffées de justice et de liberté…

    Plus près, il existe d’autres régimes qui bombardent une certaine population
    avec des mandats de payement fictifs ou erronés. Ce même régime se plaît
    à accorder des cadeaux importants à certains milieux aisés, pour ensuite en récupérer le manque auprès d’une population nombreuse, dépendante et modeste. Il arrive parfois que la ‘gestion’ présentée par ce régime soit refoulée par son hiérarchie suprême…

    Le 1. régime, dit dictateur, fait appel à la police, à l’armée et à ses mercenaires…

    Le 2. régime, dit démocratique, s’appuie sur sa loi, sa police, son armée et ses hommes de l’ombre…La loi est respectée, voire modelée en fonction du but visé…Le piratage, la délation et la malversation sont parfois monnaye courante.

    Question subsidiaire : Est-ce que les démocraties ont aussi leurs dictateurs ?

    Eh oui, il y a encore du travail pour les populations qui aspirent à plus de justice et d’équité. Alors, il faut donc voter utile.
    A bientôt et bonne chance!

  5. lese dit :

    Histoires d’impôts ou la pensée du jour …
    (réflexions de citoyens ou histoires vécues par certains)

    – Dans certains milieux administratifs, le piratage, la délation et la
    malversation sont parfois monnaye courante. Eh oui, et couverts par leurs
    ‘dispositions légales’ disent-ils ! C’est juré !

    – Définition du Fisc : un nid de Faucons au-dessous de tous soupçons ..
    Vrais ou faux ?… Oh, la question ne se pose plus !

    – La fraude, un sport national. Certains devrait donc retourner dans leur pays
    d’origine pour inculquer à leurs compatriotes un minimum de respect
    civique … Mais que faire, s’ils se confondent avec les premiers ?… Que
    drachmes…

    – Ceux qui jouent aux Pirates, ont-ils encore la place dans la vie publique ?
    Que Diable ! Il semble bien que oui, c’est démocratique…

    – Echange de propos entre Dani et Miguel par Fori:

    D : Dis, t’as bien investi dans ton parc de véhicules privés (3 voitures et
    2 motos) !
    Tu les a au moins déclarés ?
    M : Ouais-ouais ! au SAN, la Blécherette !
    D : Ouh ! nom de Zapelle, ouit !

    A bientôt !

  6. lese dit :

    Des ’Personnalités rayonnantes’ …

    Lors d’une réunion en février 2011, deux potentats rayonnaient de leur grande satisfaction.

    L’un, pour avoir réussi à faire accepter de justesse le vote en 2008, basé sur des justifications douteuses. En profitent, une nouvelle fois, les milieux aisés, alors que la caisse fédérale en perd env. 1 à 2 milliards pour la première année. Et selon les spécialistes, cette perte pourra en fin de compte se chiffrer à quelques 15 à 20 milliards ! Que de Schmerz !
    Enfin, le même acteur a perdu la face dans des interventions, certes périlleuses et sans espoir. Il a finalement quitté son poste.

    L’autre, se plaît aussi à accorder des allègements fiscaux importants à certains milieux aisés, pour ensuite en récupérer le manque auprès d’une population nombreuse, dépendante et modeste. La sur-taxation camouflée des salariés et retraités durant 5, 8 voire 12 ans par des fonctionnaires indélicats ne lui pose aucun problème. Et pour réponse aux réclamations: C’est aux contribuables de contrôler le travail du taxateur ! En ajoutant : nous avons des ‘dispositions légales’…
    Question : Derrière chaque impôt, un taxateur indélicat ?
    Décidément, pour certains fonctionnaires tout est permis. Légal ou pas ! Belle ‘démocratie rayonnante’….
    A ce jour, il n’a pas quitté son poste …

    Rappel : Il y a des élections, essayons d’opérer de meilleurs choix.
    Votons pour des personnes crédibles et honnêtes !

Laisser un commentaire