Henniez absorbée : la bulle

5 septembre 2007 | par | 4 commentaires Plus loin

henniez.jpgVoilà que la dernière source d’eau minérale vaudoise exploitée et de grande notoriété passe sous le giron de Nestlé, et en plus pour un prix étrangement dérisoire. La famille qui a finalement vendu l’entreprise estime officiellement en avoir tiré « le juste prix ». Etrange, quel cadeau occulte recouvre cette affirmation ? On veut bien qu’il soient gentils, les descendants des Rouge-Pahud, mais enfin à qui vont-ils faire croire qu’ils donnent soudainement dans le social ?

Les actions en bourse aux mains du public et des petits porteurs seront achetées à environ Fr. 5’300.- pièce alors que le 62 pourcents d’entre elles, aux mains de la famille qui a vendu ont été cédées pour environ Fr. 3’000.– par action. Une différence de taille de plus de 60%. Il y a visiblement une ou plusieurs … bulles dans la bouteille.

Mais finalement c’est leur affaire et cette opération capitalistique n’est intéressante que dans la mesure où elle montre une nouvelle fois que la politique d’appropriation des ressources naturelles par le capital et singulièrement par Nestlé, initiée il y a une bonne quinzaine d’années, frise le scandale social. Quoi de plus public que l’eau ? quoi de plus indispensable que l’eau ? nos édiles en campagne électorale ne bougent pas une oreille, les organes de presse relatent la vente sans aucun sens critique comme s’il s’agissait de la dernière victoire d’un illustre inconnu au tir aux pigeons.

Mais il faut hurler maintenant que le commerce de ressources indispensables à chacun n’est pas moral, et ne peut ni ne doit continuer comme ça. Nestlé détient déjà quantité de marques d’eaux minérales, et tout le monde applaudit et touche son dividende à la fin de l’année. Ce sont les mêmes qui râlent contre le prix de l’électricité, produite par la même eau … ou presque. Il est urgent et politiquement indispensable de nationaliser les ressources naturelles comme l’eau, le gaz et le pétrole. De les soustraire au marché des riches pour en remettre le produit, par une juste équitable et économique redistribution à l’ensemble de la population. Bien sûr que c’est une entorse au principe de la propriété privée, mais cette entorse est nécessaire chaque fois que le bien en question est un bien de première nécessité indispensable à la vie. Ce qui étonne c’est qu’aucun parti, fût-il d’extrême gauche, ne réagit face à ce genre de situation. Dans ce type de commerces, le propriétaire n’apporte strictement aucune valeur ajoutée au produit: en économie il ne produit donc aucune richesse, il se contente de traire la vache à eau. C’est ce qu’on appelle une rente, et une rente sur des biens communs ne saurait faire l’objet d’une appropriation par les riches, ou alors on admet que la société n’est qu’un vaste camp de sauvages qui s’entretuent pour se voler leurs terres et leurs richesses respectives. On croyait vivre dans un monde civilisé.

Tags: , , , , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (4)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. avocette dit :

    cette histoire d’eau provoque de l’aér(eau)phagie !

  2. Kalvin dit :

    en plus cette histoire d’O n’est pas très sexy …

  3. Sugus dit :

    Un article qui date de 2 ans déjà mais malheureusement toujours d’actualité !
    http://suisse.attac.org/article.php3?id_article=799

    Edit de 23h45 : commentaire provisoirement bloqué par l’antispam, sorry

  4. Kalvin dit :

    Merci pour la source Sugus.

Laisser un commentaire