Homos: mais qu’ont-ils donc avec ce mariage?

13 janvier 2013 | par | 3 commentaires Plus loin

Après avoir obtenu le PACS en jurant la main sur le coeur qu’ils ne réclameraient rien de plus, voici que les homos nous cassent à nouveau les pieds, sinon autre chose, pour obtenir en France le droit de se marier. Et d’adopter. Et de fabriquer des gosses en tube avec des tierces couveuses avides de rémunérations diverses, pendant qu’on y est.

C’est vrai que la nature permet depuis toujours à deux bonshommes de procréer. Et que ça marche puisque leur nombre augmente.

Plus sérieusement, on nous raconte que la société change et qu’il faut donc s’adapter. Possible et même souhaitable.

Mais s’adapter ne veut pas dire adopter un comportement viscéralement réactionnaire face à l’institution du mariage. On ne parle d’ailleurs pas ici de mariage religieux, mais exclusivement de l’union civile consacrée par les textes légaux.

Il est complètement rétrograde et contradictoire de vouloir imposer un texte légal à une majorité d’un peuple alors que le texte en question ne concerne qu’une infime partie de ses composantes.

On ne permet pas aux blonds aux yeux verts et avec grain de beauté sur le nez, aile gauche, d’exiger un texte spécial ou une réglementation qui s’écarte des constatations naturelles. Ces éléments figureront sur leur passeport comme les yeux verts des obèses sur ceux que cela concerne.

En plus, le mariage est devenu une institution vieillotte qui mérite d’être réformée. Mais pas dans le sens voulu par le candidat-président français. En proposant ceci pour s’attirer quelques voix supplémentaires dans le monde LGBT, il ne protège pas les minorités mais opprime la majorité.

Drôle de conception de la démocratie et du monde qui change.

Tags: , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (3)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Le gardien des libellules dit :

    Pendant fort longtemps j’avais pensé que les homosexuels étaient en soit des non-conformistes qui désiraient vivre leur vie sans les contraintes d’une société malheureusement basée sous l’influence de la pensée judéo-chrétienne. Que voilà des bouffe-curés, des déniaiseurs de pasteurs évangélistes pensais-je.

    Que nenni ! A l’emploi ces gens ne sont que de vulgaires petits bourgeois (en allemand : Kleinkariertspiessbürger = la pire injure que l’on puisse faire à bobos). Ils/elles rêvent de vie de famille sous la forme de famille recomposée au sein du couple copiant ainsi béatement et bêtement les histoires à la con que l’on peut voir sur les chaînes hexagonales. C’est tendance qu’ils disent les cons !

    Ils se prétendent de gauche alors qu’une chose les guide : leur petit confort matériel. Leur dieu et maître est le fric et rien d’autre ; le contraire de ma devise *ni dieu, ni maître*

  2. Martial dit :

    Cher rédacteur,

    Vous vous méprenez. La loi sur le mariage pour tous n’est pas un droit particulier pour une minorité. Au contraire, c’est la levée de l’interdiction faite à une minorité d’accéder à un droit général.
    Pour reprendre votre exemple, je pense que vous seriez choqué si on interdisait le mariage aux blonds aux yeux verts avec un grain de beauté sur le nez, car un droit s’applique à toutes et à tous sans discrimination.

    Quant à votre phrase « imposer un texte légal à une majorité d’un peuple ». Expliquez-nous s’il-vous-plaît, ce que le mariage pour tous impose à la majorité hétérosexuelle?

    Réformez le mariage? pourquoi pas. Mais je ne vois pas en quoi ouvrir le mariage aux homos empêcherait de réviser celui-ci.

    « Après avoir obtenu le PACS en jurant la main sur le coeur qu’ils ne réclameraient rien de plus ». Des déclarations de ce genre ont bien été tenues, mais par des politicien-ne-s français-es, non par des responsables LGBT.

    @Le gardien des Libellules
    Votre message démontre une méconnaissance de ce qu’est l’homosexualité. En effet, vous semblez considérez que celle-ci est un choix contre la société hétérosexuelle. On ne pourrait pas être plus dans l’erreur!
    L’homosexualité, au même titre que l’hétérosexualité, n’est pas un choix. Elle est donc totalement indépendante des valeurs politiques.

    • Le mariage n’a rien à voir avec un « droit général ».

      C’est un acte volontaire non obligatoire encadré par des dispositions juridiques contraignantes.

      Une partie de la controverse provient précisément du fait que ce goût immodéré pour « réclamer à tous crins des droits » dans tous les domaine de la vie ne cesse d’augmenter. Or nulle part dans les chartes des droits fondamentaux ou droits de l’homme au sens large il n’est fait mention du mariage entre personnes du même sexe.

      Au contraire, voici le texte de l’article 16 de la déclaration universelle des droits de l’homme:

       » Article 16

      1. A partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
      2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
      3. La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État.  »

      D’éminents spécialistes éthiciens et juristes se sont penchés sur sa rédaction. Et personne ne demande sa modification.

      La preuve sans doute que son texte reste pour la très grande majorité des humains sur terre un paradigme intangible.
      Nulle part il n’est question de la théorie des genres qui est à la mode ces temps.

Laisser un commentaire