Jasmin et crottin

20 février 2011 | par | Pas de commentaire Plus loin

Il semble que les mouvements sociaux intervenus en Tunisie et en Égypte veuillent se poursuivre à d’autres pays du Monde arabe. Les analystes « réputés » appellent ces phénomènes des « transitions démocratiques », tant le terme de révolution semble peu approprié, en Égypte par exemple, pour passer d’un régime militaire à un … régime militaire.

Ceci dit, ces mouvements sont sympathiques et utiles. En l’état, ils contrecarrent tous les projets des sublunaires barbus de tous poils. Mais il faudra compter avec la lenteur et le nombre important d’adaptations nécessaires dans ces pays pour que l’on puisse vaguement parler de démocratie et de justice sociale.

En l’état ce sont des embryons fragiles qu’il faut aider, pas forcément en leur faisant la leçon, mais en les laissant trouver leurs voies. Au pluriel, car elles seront sans doutes plurielles.

En Helvétie, la démocratie usée cache de fait un régime corrompu par l’argent. Et par l’influence des lobbys sur les parlementaires et sur l’exécutif. A chacun son Ben Ali, sans doute pas sanguinaire en Suisse, mais ô combien efficace pour briser toute tentative d’évolution sociale.

Depuis 25 ans, le pays perd des acquis sociaux péniblement conquis sous les coups de boutoir de la faction UDC-PDC-PLR pour qui seuls l’argent et le faste comptent, pourvu qu’on fasse supporter les efforts au peuple.

Une transition vers la démocratie molle et sans effet, une sorte de révolution de crottin, de cette matière qui colle aux basques des politiciens bourgeois à un point tel qu’ils ne s’en rendent même plus compte.

Ils obéissent sans réfléchir à quelques leaders calculateurs et froids et s’imaginent en acteurs responsables. Ce ne sont de fait que de mini-talibans aux ordres de guides suprêmes beaucoup plus sournois et dangereux qu’ils ne veulent bien le laisser paraître.

Tags: ,

Catégorie: Res politica

Laisser un commentaire