Je suis (pas) un imbécile, je suis UDC

26 août 2010 | par | 22 commentaires Plus loin

Les ordinaires tribuns suisses-alémaniques de cette phalange néandertalienne se terrent ces jours dans quelques Bierstuben d’outre-Sarine pour y peaufiner la « stratégie » de reconquête d’un siège soi disant perdu au Conseil fédéral. En pure perte.

On leur a volé leur jouet en destituant Blocher et depuis ils n’ont pas retrouvé leur calme. Ils ont envoyé le meilleur (à leurs yeux) d’entre eux pour gérer le département de la défense, et ce dernier se prend les pieds dans le tapis au quotidien, quand il fait quelque chose. Car au lieu de réfléchir,  sa grande marotte c’est de faire réfléchir des experts extérieurs à sa place, au prix de quelques émoluments plutôt grassouillets.

De ce côté-ci de la Sarine, il y a bien encore quelques indigènes membres de cette faction, mais Zurich et Berne les prennent tellement pour des nuls (à juste titre)  qu’ils finissent par être courroucés et démotivés. Tant mieux, dira-t-on, ça allégera les oreilles du chaland du fardeau usuel de conneries qu’ils distillent.

Les membres de ce parti ne font pas de politique pour les Suisses, mais pour eux-mêmes et leurs commanditaires. Le brave suisse sensible aux populasseries de cette peu fine équipe prend ses responsabilités : en votant UDC, non seulement il se tire une balle dans le pied en permanence, mais en plus il place au pouvoir des profiteurs qui sauront extraire de ce même citoyen lambda la substantifique moelle financière et son obéissance aveugle au profit des puissants et des riches.

Cet engouement n’est pas sans rappeler certaines heures sombres du passé durant lesquelles grâce à quelques tours de passe-passe, des tribuns ont volontairement et sciemment induit des peuples dans l’erreur, dans le chemin qui les a conduits au chaos et à la mort physique et politique.

Pour le Conseil fédéral, l’UDC n’a rien ni personne de sérieux à proposer comme candidat. Sinon on le saurait déjà. Et ce silence est bel et bien la démonstration que l’entier de son message est vide, tourné vers la préhistoire, les remords et les regrets, mais ne ressemble en rien à un programme sérieux et constructif.

Blocher, Maurer, Baader et les autres ne sont que des prestidigitateurs incapables d’agir politiquement quand ils sont en situation de le faire et peu doués pour la démocratie et son exercice. Demandez aux UDC romands rescapés ce qu’ils en pensent …

Tags: , ,

Catégorie: A la Une, Res politica

Commentaires (22)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Benoît Marquis dit :

    L’UDC fait de la politique de géotrupes en quelque sorte.

  2. kalvin dit :

    Merci pour ma culture, je connaissais bien sûr le géotrupe, mais pas son nom officiel … qui sied si bien aux néandertaliens

  3. george de glücksbierg dit :

    J’ai un plaisir énorme à essayer de vous commenter, c’est pour moi, comme faire des mots croisés, sport favori des bridgeuses, bref merci à Olivier de me commenter aussi, sans oublier le prof. Kalvin, bienvenue au club.

  4. george de glücksbierg dit :

    Ici, j’ai découvert la préhistoire de la pierre polie, moins 2000 à moins 5000 et le début de l’argriculture du bronze ancien, vers moins 1600. Ne rigolez pas, ma petite collection locale est impressionnante et authentique. Pour la provenance, j’en suis le témoin, puisque une des pierres provient de mon terrain et les outils en bronze, d’un paysan voisin. Naturellement, on me prend pour un con. So long.

  5. george de glücksbierg dit :

    J’ai connu les mouvements alternatifs genevois qui regroupent toute une suite de traine-patins, de pseudos, vivant aux frais de la princesse, la ville ou les parents. Tout cela ne vaut pas un clou, l’Usine servant plus de souk pour le shit et autre paresseux, que lieu réel de divertissement. Business is business.

  6. george de glücksbierg dit :

    Les yougos sont des sauvages, toute cette racaille à la frontière, la plupart dealant de la poudre, c’est pourquoi ils se foutent sur la gueule après avoir terrorisé notre flicaille.

  7. george de glücksbierg dit :

    Sur mon terrain avec de belles ruines, terrain abandonné, j’ai trouvé des preuves de la culture romaine de Mithra. Dans 10 jours arrive Jordi de Madrid, pour m’aider. Je vous enverrai les photos de mes preuves et vous jugerez. Plus tard des traces de tipi de la préhistoire, deux pour le moment. Il va aussi conduire ma Rolls, Zaza.

  8. george de glücksbierg dit :

    Au mois de janvier dernier j’étais à Ibiza au Montesol, hôtel mythique construit en 25 pour les anglais, mini palace. Mon avocat, le plus cher de l’île, Jaume Roig, me gardait un tableau ancien, portrait d’une princesse d’Aragon, sortie d’un couvent de Tolède. L’ayant attribué à un élève du Greco et avec un courrier du Prado, je cherchais à le mettre en gage, pour acheter le Montesol, qui croulait sous les dettes. Ayant rencontré les propriétaires, soit 3 soeurs et leur neveu, la mairie et la Caja de Madrid, je commençais à négocier une prise de contrôle éventuelle. On en était aux millions d’euros. Monument classé, réduisant sa valeur commerciale, je le sous-évaluais à 3,5 millions sans mentionner le % que je voulais emporter, en fait 1/4 à 1/3. Ayant brandi le spectre de Pékin et de Moscou, j’allais m’installer avec ma Rolls et mon pick-up, dans un autre mini palace à la plage de Talamanca, pour réfléchir. Mon ardoise de 3000 euros laissée sur le comptoir, m’a été gracieusement réglée par un ou une inconnue. Affaire à suivre.

  9. george de glücksbierg dit :

    Au fait je me corrige, l’ardoise, c’était au Pacha, un grand palace, aussi à vendre, le principal proprio ayant fui au Brésil et que j’avais d’ailleurs rencontré, avec mon banquier Galbrait de la Caja. Il y avait un bon restaurant et un piano bar et un concierge de nuit, Antonio, service en chambre 24/24 h. avec ou sans pute, à la carte, massage au bout du couloir, deux ascenseurs, frigo, terrasse sans vue, un scandale, palace au rabais, mais coke à volonté avec Alvaro.

  10. george de glücksbierg dit :

    Il faut que vous parle de Max et Brigitte, née au Congo belge. Max, né en Pologne il y a 89 ans. Ayant migré en Afrique, il fut séduit par une petite fille juive, Brigitte, promise à un autre. Lui sachant que c’était la femme de sa vie la racheta une fortune, il s’en foutait, ayant gagné beaucoup au marché noir. Et puis la vie les sépara une première fois. Chacun vécu sa vie, jusqu’au jour où Max, à Paris, se retrouva à l’hôpital, à la suite d’un litige avec la mafia calabraise, car Max a toujours navigué dans les eaux troubles. Vous avez deviné, l’infirmière était Brigitte, la petite fille. Depuis ils se sont mariés et vivent heureux, amis d’un certain comte français, un peu fantasque.

    • brigitte & max dit :

      Sommes impatients de connaître la suite de votre vision de notre vie !

      continuer cela egaye notre automne Parisien et Roméo raffole de vos anécdotes.

      A demain la suite.

  11. george de glücksbierg dit :

    Dans le blues, le country, il a l’Amérique, la vraie, celle du terroir, beacoup de bonheur et de melancolie, car la vie était rude, mais avec l’espoir, car tous ces gens d’Europe n’étaient pas des riches et partaient sur les routes, comme Isaac Singer et son chapiteau, direction ouest. Lui faisait rire ou pleurer, il y avait de l’émotion et du rêve. Les WASP l’ont chassé d’Amérique, trop de femmes, trop d’enfants, pire un catho. Pourtant je n’ai rien contre l’église Nationale, encore un abus.

  12. george de glücksbierg dit :

    J’ai oublié de vous dire que Max est devenu aveugle peu à peu, torturé par les nazis, un des rares résistants à Hitler, pendant que la cohorte allait directement aux cheminées, les enfants d’abord. Max avait un frère au Guatémala, que j’ai connu. Il collectionnait les papillons. Inofenssif, il aimait Rilke. Cultivé, sans plus, il aimait le chocolat suisse. Un jour son chien retriever l’a grogné pour qu’il ne tombe pas dans les escaliers, ensuite le chien est mort. Sa femme, peut-être une des collections les plus fabuleuses de poteries maya-quiché, lui a survécu, la contesse Lucie de Kerdaniel, une amie et encore en vie, là-bas, près d’Yves.

  13. george de glücksbierg dit :

    Il est très difficile de s’entourer de sympathie, car le discours du type que l’on rencontre dans la rue ou au bistrot, au poste de police, nul, car coincé dans leurs habits, ils restent sans parole, muet ou presque pour vous menacer. Sorti de sa campagne, on ne peut lui en vouloir, je suis pour lui un extra-terrestre. Il est dangereux, surtout pour les jeunes qui le provoquent. La Suisse était belle, vraiment et saine. La tour d’Ivoire à Montreux pour deux architectes putes, a été le début de la fin. Montreux, festival génial avec Nobs,

  14. george de glücksbierg dit :

    Ma nièce est passée.La langue, comme Sagan, l’état pur. Camus en moins quoiqu’un seigneur par rapport à Sartre, un pauvre type comme Simone, une ambitieuse, pseudo homo, Sartre pédophile, un monde crasse des 2 Magots, la table au fond à gauche, pour tout voir et être vu, parisiannisme de merde. Pour moi, un certain passé heureux. A Paris, j’aime les bancs, génial. Je viens de rencontrer une homosexuelle très agressive, comme si d’être un mec dérange. Ça aussi, il faut éliminer ces malades.

  15. george de glücksbierg dit :

    J’ai envie de sortir ce soir, de voir du monde et qui sait parler avec quelqu’un, qui n’est pas pressé, car j’ai remarqué que les gens qui n’avaient pas de temps, étaient vide de temps, sans temps, pour se rendre important.

  16. george de glücksbierg dit :

    Le vieux comte souffre d’un torticolis symptomatique et c’est bien fait. Planté des heures durant devant son ordinateur pour lire google ou envoyer des courriers délirants, penché en avant, mal positionné, il souffre du syndrome des habitués d’internet. Pour en revenir à l’homme neandertalien, je préfère dire l’homme ancien africain, dont on ne sait même pas, si on descend de lui, l’africain, ce que je ne crois pas, des chercheurs pensent qu’il était doué de compassion et enterrait ses morts. Belle image romantique que ça. Non, sans être une brute épaisse, il laissait faire la nature et abandonnait ses vieux et ses malades, mourir seuls, comme les chats, sur un mur par exemple et pour la parole, il ne faisait que grogner. Je ne vois pas pourquoi ces fameux savants veulent obstinément que l’homme ancien, nous ressemble. Il est beaucoup plus vraisemblable que nous descendons de l’homme du nord, dit l’européen, qui a inventé l’agriculture.

  17. Le Club dit :

    L’agriculture a remplacé l’homme de la forêt est a même précipité la fin de la forêt et de celui-ci, pour créer des espaces de culture, cet homme descendu vers le sud à la limite de l’Afrique, fuyant le froid et affamant ses cousins africains. Mais pourquoi était-il plus grand, plus fort. Une théorie parle d’une mutation génétique accidentelle. Il est vrai que l’on dort plus au nord et que l’on ne grandit que couché. Mais cela n’explique pas qu’on est moins con. Peut-être que l’homme de la forêt avait la vie trop facile, donc il ne pensait pas grand-chose, car le cerveau ne se déloppe que si l’on s’en sert, le propre de l’intelligence.

  18. Le Club dit :

    Les défenseurs des animaux chez Knie au Tessin, défenseurs de quoi, quelle prétention, mon pied au cul direct. Un animal malheureux ne mange plus, se laisse mourir. Mais j’ai toujours vu les animaux de Knie en pleine forme. On devrait envoyer ces crétins dans la junge pour voir comment c’est.

  19. Le Club dit :

    Les pièces de la culture de Mitra, dieu solaire romain, représenté dans la mythologie avec un taureau et le bonnet phrygien, le chien pompéien, le serpent. Donc, mes pièces représentent le serpent, le mouton et un profil humain busqué, le front à plat, des lèvres charnues. Comme il s’agit d’une culture sans écriture, on ne sait pas grand-chose, en dernier une culture du mystère pour arranger les choses.

  20. Le Club dit :

    Il n’y a création-invention que lorsqu’il y a un déséquilibre de l’intelligence, proche de la rupture, peut-être une confusion lucide.

  21. Le Club dit :

    Ce culte mithraïque, proche des phéniciens, dont l’hébreu par la suite, culte du soleil et de la lune, avec Tanit et le nain Bès et son oeil crevé, qui représente la lune, on atribuait aux nains des pouvoirs magiques, venus d’Ethiopie pour les égyptiens, nos pigmées, le fou du roi, son confident, conseiller et ami, Tanit, en principe une femme qui peut aussi être Appolon, tous les dieux sont interchangeables, le domaine est vaste. A mon avis, la culture méditerrannéenne n’a jamais franchi Gibraltar et a tourné en rond. L’ouest de l’Atlantique n’intéressait personne, les vikings étaient remontés juqu’à Hokaïdo, pour revenir en arrière, comme les ostroghots via la Lombadie, jusqu’à Digne, pour ensuite redescendre avec les épidémies de peste et la chasse aux maures, jusqu’aux Geofroy et à César Geofroi, juge à Saint-Tropez en 1701, beau-frère de Claude-Joseph de Geofroy, seigneur du Bourguet, secrétaire du Roi Louis XV, arr. gd-père de mon arr.gd-père le ministre Louis, en Chine.

Laisser un commentaire