DSK: féministes à côté de la plaque … rouge

24 août 2011 | par | 5 commentaires Plus loin

Depuis que les charges ont été abandonnées contre DSK et pendant toute la durée de cet épisode sinistre, les mouvements féministes délèguent et ont délégué sur les plateaux de télévision nombre de leurs représentantes.

Singulièrement, et comme si un catéchisme monomaniaque leur avait été soufflé par on ne sait qui, elles s’offusquent toutes du fait que le procès pour viol n’ait pas eu lieu. Pour elles, on ne donne jamais la parole aux « victimes », elle ne peuvent jamais rien prouver, et c’est une nouvelle victoire du grand mâle blanc contre la petite victime issue de l’immigration.

Ces honorables vendeuses de poudre aux yeux donnent ainsi dans l’autogoal de première. Elles font reculer leur cause à chaque parole qu’elles prononcent.

Ce qui est plus grave encore que le fait lui-même, c’est l’aveuglement dans lequel elles se complaisent, travestissant la vérité pour faire triompher ou du moins entendre une cause en usant d’un complexe de faits  qui n’a strictement plus rien à voir avec un viol.

Lorsque (et ce n’est pas leur cas) on se donne la peine de lire et de comprendre le volumineux rapport final du procureur, on constate qu’il ne peut pas y avoir eu de viol ou de relation contrainte. Et ceci ressort des conclusions médicales des experts nombreux qui ont eu à se pencher sur cette fameuse rougeur.

En page 20 du rapport, on peut lire que deux experts, dont celle qui a vu l’accusatrice juste après les faits, concluent qu’il n’y a aucune trace quelconque d’un commerce sexuel contraint et que la fameuse rougeur n’a probablement rien à voir avec DSK.

Plus loin, en page 21, d’éminents experts attribuent la blessure à l’épaule au travail de femme de ménage exercé 12 heures par jour au Sofitel. Si médicalement il n’y a pas eu contrainte, il ne peut y avoir viol ou tentative de viol.

Ressasser ainsi que DSK a commis un tel acte mais qu’on n’en possède pas les preuves est tout simplement contraire à la vérité médicale. Et continuer de prétendre le contraire est non seulement stupide, mais aussi diffamatoire. Pas terrible de la part des féministes dont la cause ressort noircie par cette attitude.

Le rapport complet en anglais est ici

Tags: , , , ,

Catégorie: Justice & Flicaille

Commentaires (5)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. virginie dit :

    Je suis d’accord avec vous.
    L’attitude fondamentaliste, manichéenne et prosélyte de certains groupes militants ( toutes causes confondues )est très désagréable et contre productive suivant ce que personnellement j’espère du  » vivre ensemble « .
    Quelques féministes engagées n’ont pas cette réaction face au non lieu de DSK : Yaël mellul ( avocate de profession ), par ex.
    Voir fin de l’article son opinion quant à cette affaire: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jvw0mLEg1uV2QGf-uSTe8fc72_wg?docId=CNG.fe72bc56853fb872b430f05e5122849b.8b1

  2. virginie dit :

    Pour ceux qui ne lisent pas l’anglais:
    TRADUCTION EN FRANCAIS DU RAPPORT FINAL DU PROCUREUR :
    http://www.rue89.com/2011/08/23/abandon-des-poursuites-contre-dsk-le-document-en-francais-218883

  3. Pour celles et ceux que cela intéresserait, je vous invite à lire le document du procureur traduit en français dont j’ai indiqué le lien sur mon blog:

    http://voix.blog.tdg.ch/archive/2011/08/25/93066fa3aa2d804493702354abc4ac62.html

    Les dégâts de cette affaire sont multiples et les mensonges de Nafissatou Diallo semblent avoir davantage prétérité et discrédité sa cause et celle des femmes que la fortune -bonne ou mauvaise- de DSK et/ou d’Anne Sinclair comme on a pu le lire ici ou là dans les blogs ou ailleurs.

    Car toutes les victimes de viol ne se sont pas identifiées à Nafissatou Diallo.

    Et s’agissant des vrais viols, je vous renvoie aussi à un de mes sujets:

    http://billets.blog.tdg.ch/archive/2011/08/05/arme-de-guerre.html

    Certains apprécieront. Autant le courage de la journaliste que celui de la victime qui a su rester digne.

    Merci de votre attention,

    Hélène Richard-Favre

Laisser un commentaire