Esther et l’élastique

5 novembre 2010 | par | 45 commentaires Plus loin

On avait annoncé ici il y a longtemps ce qui allait se passer : les médecins ne tiendraient aucun compte d’une décision judiciaire imbécile et refuseraient d’alimenter Rappaz.

C’est exactement ce qui se passe avec la brave Esther, qui croyait avoir trouvé la solution, et se retrouve elle-même avec l’élastique qu’elle a trop tendu qui lui revient en pleine poire, William sans doute.

Car au pays du juriste rupestre et de l’iniquité, au pays du génie des alpages à queue de cheval, on a repassé non sans une certaine délectation la patate chaude au voisin de table, si l’on peut dire, entre deux demis de goron et une tranche de viande séchée.

Certains se demandent dans la presse ce qu’il adviendra des  médecins genevois qui refusent d’alimenter Rappaz contre son gré. D’autres osent même esquisser la probable survenance d’une instruction pénale à leur endroit.

Ces braves analystes oublient que depuis maintenant plusieurs jours, l’élastique est retourné dans le camp de la rose Esther : elle sait que seule une décision de sa part peut changer le cours des choses. Et elle ne la prend pas, préférant jouer au poker.

On n’est plus dans le théâtre ou plutôt le cirque des prétoires maintenant. On est face à la fin inéluctable d’un être humain. Si rien ne devait intervenir et si Esther devait continuer à s’entêter, c’est certainement aussi vers elle que devrait se tourner une future instruction pénale, ceci quoi qu’on puisse penser du bonhomme qui lui empoisonne la vie et de son combat.

Car, avec ses sbires amateurs aux commandes des prisons valaisannes,  elle compte la responsabilité de la vie et de l’intégrité corporelle de Rappaz au nombre de ses devoirs impératifs de droit public. Et bêtement moraux aussi, d’ailleurs.

On va donc voir si , en 2010, le canton du Valais préfère la mise à mort institutionnelle à une dose minimale de compassion et d’intelligence.

Tags: , , ,

Catégorie: Justice & Flicaille

Commentaires (45)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. george de glücksbierg dit :

    Vous allez peut-être vous moquer de moi, mais considérant que les médecins genevois sont des criminels, dans l’affaire Rappaz, en tant que chrétien et citoyen européen, j’ai demandé à l’Etude Ventura Garcès & López Ibor, C/Freixa 26, Barcelone 08021, tél 0093 241 97 40, de déposer une plainte pénale contre ces médecins. Je rappelle que j’ai les moyens et que l’Etude en question est celle de l’ancien maire de Barcelone et proche du roi. Bien à vous. George de Geofroy

  2. george de glücksbierg dit :

    Je sais que j’ai très peu d’audience chez vous Kalvin et même si vous m’avez permis de m’exprimer dans vos colonnes, lues par deux égarés de passage, je continue à vous en remercier. Qui sait si un jour un moins-crétin me lira et que devant mon droit-devant, il y aura moins de mouches. En atttendant je refuse l’innacceptable et que des journalistes qui ont le véhicule n’ose pas dénoncer de telles saloperies, c’est que vraiment , je n’appartiens plus au monde, celui pour lequel, j’ai vécu avec passion, adieu les médiocres, tant mieux et que je vous porte malheur pendant longtemps et je le veux.

  3. george de glücksbierg dit :

    Kalvin, il n’y a pas de débat lorsqu’il s’agit de la vie d’un homme, vous êtes un salaud.

  4. george de glücksbierg dit :

    Jetman, pas jetsexe ou set, mais un héros des wald, avec lui je suis suisse d’adoption et fier de l’être. Ce qu’il a réalisé est fabuleux avec des potes tous exceptoinnels, se dépasser, se surpasser, cela tient du divin. Le marquis, aussi impuissant que l’était Dali, malgré les fesses de mon amie Geneviève Saco, que mon ami Victor A., le mari complaisant prêtait aux fantasmes du génie de Gala, au Richemond, face au monument Brunswick, bref, un usurpateur de plus.

  5. george de glücksbierg dit :

    Lu dans le Diario d’Ibiza, un comte français vole un cendrier et appelle la police pour effectuer le constat d’un vol. Habitué de l’établissement et soucieux d’un peu de publicité pour le personnel ami, en risque de perdre leur emploi, vu la crise, j’ai donc plaidé coupable, toujours avec la Rolls blanche. Coût de l’opération, 3 euros.Le lendemain, le restaurant du Pacha était plein, sans le comte, qui était au piano-bar et riait sous cape.

  6. george de glücksbierg dit :

    A force de boire du tinto de merde, j’ai la chiasse, ma fille m’ayant dit que le rioja est trop cher pour moi. Il faut dire qu’avec sa fortune avec son frère de chf 2’450’00.-, il faut faire gaffe, fortune, une partie, issue de moi. Je vous ai déjà dit que l’on n’a pas toujours les enfants que l’on mérite.

  7. george de glücksbierg dit :

    Personne de ma famille n’est mort dans le drame du Titanic, dommage. Ce qui est triste est de n’avoir vu un deuxième Titanic. SINGER N’ÉTAIT PLUS. J’adore cet homme. Inconscient, comme moi, buveur, imprudent, autoritaire et gentil, un chef, un homme. Cela manque aujourd’hui. C’est pourquoi je pête les plombs. N’oubliez pas, je suis aussi un Nassau.

  8. george de glücksbierg dit :

    En ce qui concerne les supermmarchés, il faut leur interdire toute vente de produits locaux, réservés aux petiits commercants indépendants, les PME. Nous sommes vraiment des salauds et des cons.

  9. george de glücksbierg dit :

    J’en ai marre d’écrire dans ces colonnes pour des lecteurs passifs, des enculés, j’ai envie de m’arrêter. Mais il est vrai que dans ma vie, tendre la main, par expérience, sauf dans les pays pauvres, personne ne vous regarde, on aime que les riches.

  10. george de glücksbierg dit :

    Je suis profondément triste, triste de quitter Kalvin pour Roméo. Mais un italien pour un indien, c’est mieux. Ici, il fait très gris avec ces merdes de teutons. Un jour je vous dirai pourquoi ces petits-fils de nazis, restés sur place avec Franco, ont créé une sorte de soclété locale, dont je suis haï en tant que français, donc je suis non désiré dans leurs bistrots. Il y a heureusement beaucoup d’autres bistots où je suis le bienvenu, dont le mien, j’ai changé le nom, le BAR FRANCO-SUIZO. Kalvin, je t’aime.

  11. george de glücksbierg dit :

    Il est deux heures du matin et j’écoute Eddie Mitchell, lui aussi un habitué comme Johny, de Crans-sur-Sierre et du Sporting de Lia et Arthur, Bébé, Pechi. Des sandwichs de roastbeef, des huitres sans blanc, Decazes oblige, un Pommard bien chambré à 140 la bouteille, un zeste de caviar polonais, un saumon d’Ecosse, une perchette de Villeneuve, le bonheur avec Patricia Carli, j’avais 17 ans.

  12. Camomille dit :

    A george de glücksbierg:

    Si tu est vraiment comme tu le dis…..:

    Va boire un coup et fiche nous la paix.

    Santé

  13. george de glücksbierg dit :

    Formentera a de la peine à garder sa terre. En effet le vent fait s’envoler ce que je nomme la poussière de la terre. Le colonel canadien Chambers avait fait venir de Paris, le meilleur terreau du monde et construit des murs. De mon côté j’ai planté de l’alpha-alpha, avec plus ou moins de succès. Echec aussi avec le mimosa, trop de vent chaud. Les figuiers, les bougainvilliers, la vigne locale, le palo, poussent comme de la mauvaise herbe. La fleur de sel est encore exploitée de façon sauvage, la famille Salas ayant baissé les bras après Franco. Ce matin j’écoute Charles Trenet.

  14. george de glücksbierg dit :

    Boire un petit coup est agréable, avec vous Camille, mais je ne cesserai jamais de rouspéter contre la connerie. Salut.

  15. george de glücksbierg dit :

    Obama est génial, Wallstreet et hop, c’est reparti. On a frisé la cata totale. Je vais m’acheter une nouvelle montre, une Jaeger-le-Coultre, en or.

  16. george de glücksbierg dit :

    Je ne suis pas de la branche Orange-Nassau, mais Nassau-Saarbruck, comme la cour d’Espagne, par Adolf de Nassau, tué dans un duel en 1298, par un des premiers Habsbourg.

  17. george de glücksbierg dit :

    Ce sont les Nassau qui ont créé la future Europe avec les Habsbourg, deux familles rivales, plus tard les états forestiers, devenue la Suisse.

  18. george de glücksbierg dit :

    Le seul sens à la vie, c’est d’avoir une descendance, la Suisse m’a permis ce rêve et même si, infidèle, je me suis expatrié. Monsieur Propre Maudet a oubié que les bacs à sable sont pleines de crotes, faut-il mettre des culottes à nos toutous.

  19. george de glücksbierg dit :

    Tous les suisses-allemands sont des cocus, car toutes les filles au pair, se font déflorer par un latin qui sait y faire. Maintenant, ce sera un turc.

  20. george de glücksbierg dit :

    Mon chien n’était pas raciste, je pense à un certain Monsieur Blot. Ils se sont rencontrés au parc des Bastions, chacun exhibant sa queue.

  21. george de glücksbierg dit :

    A NY, j’avais un grand frère musicien, rencontré dans un club de jazz. On faisait la tournée de ses copains, tard dans la nuit. Au petit matin, on allait au Mac. J’ai beaucoup appris avec lui. Il est peut-être mort d’une surdose, on s’est perdu de vue, je devais rentrer en Europe.

  22. george de glücksbierg dit :

    Rappaz dérange et c’est ce que j’aime chez lui, vous Camille comme la camomille, vous ne savez que roupiller, car rien dans la tête, vous ne dérangerez jamais personne. Néanmoins, vous m’êtes sympathique, car vous avez fait un premier pas. Merci de m’avoir lu.

  23. george de glücksbierg dit :

    Notre ami et 60 kilos, c’est tout bon. Avec 184 cm, j’ai survécu là-bas avec 54 kilos, je ne fais plus de souci pour Rappaz, c’est un con d’usurpateur, un peu crétin quand-même, je n’irai jamais lui rendre visite, je n’aime pas sa coupe de de cheveux, ringard, une star minable, on ne défend pas la cause du shit comme ça.

  24. george de glücksbierg dit :

    Notre dernière maison de famille se trouve à Martha’s Vineyard, île aussi des Kennedy, comme des Riggs, ma famille. En face de Boston, l’eau est froide. Par alliance, j’ai sur l’île, un cousin policier. A part un bistrot, on s’y ennuie, on picole à la maison, cuisinant une dinde, regardant la télé sans plaisir, ouvrant une bonne bouteille à 3,5 dollars, car aux States le vin français n’est pas cher. En visite, le gros cul de la voisine se croyant encore désirable, fini avec les féministes au cul facile et gratuit, je m’en vais préparer le BBQ pour les amis, tous aussi cons et gentils, que sont les ricains, comme des suisses allemands en moins grandes gueules et j’accassant moins que les françaises. Encore des moments heureux.

  25. george de glücksbierg dit :

    A Londres avec Jocelyne á une vente aux enchères, j’achetais cher un Teddy, tout rapé, donc plus cher. C’est cette folie des saxons qui font d’un objet aimé, devient ainsi magique, combien de pleurs, de larmes n’a-t-il pas essuyé, écouté, entendu et consolé. J’avais pris Swissair spécialement, ensuite on a bouffé, dansé et baisé.

  26. george de glücksbierg dit :

    A mon avis Camomille, il vous manque un chat dans la chatte, une femme devient vindicative lorsqu’elle est en manque.

  27. george de glücksbierg dit :

    Je sais que Kalvin m’apprécie en m’envoyant de temps en temps des pics, preuve de son bon goût et de son amitié. Naturellement pour son auditoire, il doit être sur la réserve, pour garder son impartialité. Néanmoins le coeur peut parler encore. Je pense que Camomille n’est pas une conne, même si à la dictée, elle recevait un zéro. Ele doit être jolie.

  28. george de glücksbierg dit :

    L’élastique., l’éthique, on joue sur les mots morts, non, c’est faux. J’aimais Ravel, car l’impide. Honegher aussi, car obscur, cherccer ce quoi on est capable. A part relever les poubelles, un jeune n’est capable de rien ici. Que faire avec eux. Les revoyer à l’école, trop fatiguant. A part le shit, l’alcool, le deal, la coke, le bon climat, pourquoi en faire plus. Un peu de prostitution, pas trop, pas chez moi, j’écoute le vent.

  29. george de glücksbierg dit :

    L’Australie va reconnaitre ses aborigènes comme citoyen à plein temps enfin, les colonialites à la porte. Voilà les derniers représentants de l’homme préhistorique de l’ouest, renés. Physiquement, ils ne sont pas beaux, on ne peut tout avoir. Néanmoins, ce sont nos cousins.

  30. george de glücksbierg dit :

    Nos écoles ont été investies par les pétasses, un désastre pour nos enfants, les miens n’ont jamais fréquenté ces dernières, mais l’Ecolint où je pouvais me faire entendre, j’étais le payeur. Il faut d’urgence remettre des hommes dans la baraque, si ont veut des gamins équilibrés.

  31. george de glücksbierg dit :

    De Pietro, encore un branleur de plus. Un peu de bon sens, au nom de Dieu. Cessons d’entretenir des parasites qui expertisent dans le vide et qui ne pensent qu’à sauver leur emploi. Fuera, dehors en espagnol. Investissons dans le concret. Je n’en pouvais plus de la Suisse, stagnation totale, létargie. Ici, je retrouve mes racines de saxon.

  32. george de glücksbierg dit :

    Depuis toujours les coptes ont vécu en bonne entente avec les musulmans. J’ai un faible pour les coptes, ces premiers chrétiens avant cette merde de Vatican, Al-Qaida qu’il faut éliminer vite, brutalement, il y a urgence. Quand c’est la dernière solution, il faut avoir le courage de tuer froidement, sans palabre. Les américains vont le faire, jusqu’aux derniers et démilitariser l’Iran pour commencer ou Israël le ferra.

  33. george de glücksbierg dit :

    Les espagnols ont des couilles, les suisses pas. Ici l’affaire Rapaz aurait été depuis longtemps réglée, le bon sens ayant force de loi, c’est tout. Santé camomille.

  34. george de glücksbierg dit :

    Un hôpital militaire est soumis au secret défense, pas cons ces valescos, salut de tonton de Formentera.

  35. george de glücksbierg dit :

    J’ai connu Yoko Ono chez Marika Malacorda à Genève, en sa galerie. Une catastrohe. Pas jolie, cherchant à faire des lunettes de Lennon, en bronze, une oeuvre d’art, ridicule. Fétichisme, masturbation mentale d’une japonaiserie de merde, vite oubliée, colée à John, le faible, l’angoissé. Que de fakes, pourquoi, on peut être vrai sans ces artifices. Je me souviens d’un premier août à Rougemont, des feus sur la montagne, magique, sans oublier un coup de Gamay vaudois, j’aime le confort de vie.

  36. george de glücksbierg dit :

    Un jour d’ennui, j’ai acheté une canne blanche à la pharmacie. Direction le café d’Erika et à table. J’ai décidé que j’étais devenu non voyant et j’ai attendu ma première victime. Ayant connu un aveugle suicidé, c’était facile. Erika me surveillait pour limiter les dégâts. Ça y est. Je raconte ma vie dans les camps, la torture. On m’offre un verre pour en savoir plus. Le regard fixe, droit devant, on s’y croirait. Finalement je baissais les bras pour manger ma soupe.

  37. george de glücksbierg dit :

    Maria-Antonia est venue ce matin, elle a de petites mains. Elle va à New -York la semaine prochaine. Il me manque l’écriture de Sagan, la littéraire. Son homosexualté ridicule, reflet de son égoïsme de petite fille gatée, à moitié moche, brillament intelligente, couchant avec n’importe qui, alcoolique et malheureuse, une vie gachée.

  38. george de glücksbierg dit :

    J’ai connu le club 54 à NY à sa fin. J’en ai connu d’autres fou-fou. Ce que j’ai préféré le plus est le piano-bar de l’hôtel Pierre, face au Plazza et non loin du Waldorf, quand on a de l’argent, c’est pour le claquer en bonne compagnie, pute ou pas. Cela m’a pris plusieurs années pour en arriver presque sur les genoux ici, le devoir accompli, Jésus, paix à ton âme.

  39. george de glücksbierg dit :

    J’ai des moments de profonde tristesse. Je pense à Roméo que ses enfants n’ont pas su aimer. Mais Roméo est fort. C’est un lutteur. Et puis Chéri est arrivé. Venu de nulle part et d’ailleurs, car oublié, abandonné par des gens bourgeois, un temps jouet pour leurs enfants, mais vieux, il n’avait pas de pedigree, de famille, il ne valait plus un rond. Ils se sont compris.

  40. george de glücksbierg dit :

    Une soirée à Bristol, un concert de Roy Orbison, pretty woman, c’était un petit théâtre, n’étant pas encore connu, le lendemain on allait sur une plage froide et je faisais pipi dans mon pantalon, puceau, ma copine, des nénés impressionnants, son mec en prison pour meurtre, j’avais la voie libre sans abuser et je tombais amoureux. C’est des fois con d’être jeune trop tôt.

  41. george de glücksbierg dit :

    J’ai trop de souvenirs, il y a urgence, cela me pèse. J’ai peur de mourir. Quand j’étais jeune, je voulais mourir comme un héros. L’adolescence. Je me réveille la nuit angoissé. Mes messages sont courts, efficaces.

  42. george de glücksbierg dit :

    Les homos valaisans se rebiffent contre l’UDC local. Variante vicieuse de la sexualité, il faut le dire clairement 80% sont des déviants qui fréquentent les chiotes publiques et à l’affut de tous les jeunes légalement libres de leur sexualité. Arrêtons ces hypocrisies au nom de la liberté, des enculés, un point c’est tout et prêt à pervertir des jeunes avec du fric, au besoin.

Laisser un commentaire