Justice : deux poids trois mesures

27 août 2007 | par | 4 commentaires Plus loin

gremi_justice1.jpgLa Tribune de Genève de ce matin nous apprend qu’un Angolais de 27 ans qui avait dérobé un ordinateur d’une valeur de Fr. 1’199.- dans un grand magasin a été conduit à la prison. Même si la chose est théorique, en l’état il est innocent et doit être considéré comme tel jusqu’à sa condamnation (probable).

Les journaux de la semaine passée nous ont appris que le Directeur de l’Office fédéral de l’Aviation civile Raymond Cron a été CONDAMNE pour abus de confiance, gestion déloyale et faux dans les titres (des délits graves et multiples portant sur de fortes sommes). Une condamnation pécuniaire et avec sursis, ainsi que le maintien à son poste par Moritz Leuenberger malgré cette tache de taille sur son CV. Il n’a même pas fait une demi-journée de prison.

 

Cherchez l’erreur, ou plutôt ne la cherchez pas. Ce genre de différence de traitement est inadmissible. Le voleur d’ordinateur n’a pas raison, certes, mais le traitement infligé à son auteur est tout simplement scandaleux si l’on admet celui appliqué avec une extrême douceur à un ponte de l’Administration fédérale.

Le drame c’est que ce genre d’iniquité est une chose quasi quotidienne. La couleur de la peau et la position sociale impressionnent le juge standard qui a non seulement la trouille des puissants mais qui passe ses envies rentrées de signer des mandats d’arrêt sur « l’Angolais de service ». C’est un système judiciaire bancal, dépassé et aux mains de petits roitelets inattaquables qu’il faut dénoncer à chaque dérapage et dont les acteurs devraient purement et simplement faire autre chose dans la vie que d’agir comme de simples frustrés qu’ils sont dans la majorité des cas.

Ils n’étaient en effet pas attirés vers cette profession par vocation, mais sont simplement happés vers ces fonctions par paresse et car ils se sont révélés incapables d’être valablement et durablement avocat ou conseiller juridique. Un sérieux coup de balais s’impose, car en plus les petits juges, il s’y croient et n’ont aucunement besoin de se bâtir une clientèle confiante, elle vient à eux sans effort…

© dessin Grémi

Tags: , , , , ,

Catégorie: Justice & Flicaille

Commentaires (4)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Bon, voilà en gros ce que va vous répondre ledit juge : le Congolais n’a pas de domicile fixe, il n’a pas d’adresse connue en Suisse, il n’y a pas de famille et pas d’attache, le risque de fuite est trop grand, l’un des « dangers » pouvant justifier la provisoire.

    L’autre, celui qui a fait bien pire mais le tout sous un vernis socialement bien plus brillant, il a une famille, un joli logement, des attaches ici, donc, pas besoin de le mettre au frais en attendant le jugement…

    (je vous ai fait la version raccourcie, hein, bien sûr)

    Si le juge est un c.., il ajoutera encore que la différence de traitement s’impose lorsque les situations sont différentes…

    Me tapez pas dessus, hein, j’essaie juste d’imaginer ce que le juge pourrait dire. Parce que moi, ce que je peux en dire, c’est … soupir…. le jour où les gens seront condamnés pour leurs ACTES uniquement n’est pas prêt d’arriver !

  2. Contra dit :

    Je pense que le journaliste s’est trompé et qu’il a voulu dire que le prévenu a été emmené en garde à vue, pour audition.

    On peut d’ailleurs voir que toutes les dépêches se terminent par la même phrase… Or soit ceci explique le grabuge de Champ-dollon de cet après-midi soit le(s) journaliste(s) se mélange(nt) les pinceaux…

    http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/l_actu/geneve/detail_geneve/(contenu)/125151
    http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/l_actu/geneve/detail_geneve/(contenu)/125149

    🙂

  3. Contra dit :

    Pour répondre à Lady Poppins:

    « Parce que moi, ce que je peux en dire, c’est … soupir…. le jour où les gens seront condamnés pour leurs ACTES uniquement n’est pas prêt d’arriver ! »

    Ô ciel non, cela voudrait dire que les peines ne seraient plus individualisés, qu’il n’y aurait plus de circonstances atténuantes et – qu’en fin de compte – que la procédure serait dénuée de tout espoir, les peines étant arrêtées à l’avance…

    ->> :o))

    Par contre, je souscris entièrement au fait qu’il y a actuellement toujours et encore des a priori…

  4. Sugus dit :

    Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.
    Jean de La Fontaine

Laisser un commentaire