Keuf, le premier chien anti-flics est vaudois

7 février 2011 | par | Pas de commentaire Plus loin

Keuf au printemps 2010C’est la race des Saint-Hubert que Alceste Prigourd, un habitant de la Morachette-Devant au dessus de Baulmes (Canton de Vaud) a choisi pour élever et dresser Keuf,  le premier chien anti-flics de Suisse romande.

Pas étonnant quand on sait que depuis des siècles, cette race est utilisée pour retrouver les pèlerins ou pour tracer le malfrat dans les séries US. Selon Wikipedia, « depuis peu et grâce à l’acharnement de certains éleveurs, il a fait son entrée dans la gendarmerie française et dans les polices belge, suisse et allemande. De nombreuses affaires ont déjà été élucidées grâce à sa capacité à discriminer des odeurs vieilles de plusieurs jours« .

Keuf a été spécialement préparé pour détecter à la ronde sur une territoire de plusieurs centaines de mètres de rayon toute trace ou présence policière. Il semble en effet que le flic sente particulièrement fort, en particulier quand il est en uniforme.

La particularité de Keuf est qu’il différencie les uniformes des polices romandes, et s’adapte sans autre aux us et coutumes spécifiques des corps de police en question. En Valais par exemple, il sait qu’il doit se tenir plus près du sol en raison du caractère foncièrement chasseur de l’indigène du Veux Pays. Dans le canton de Vaud, comme on y tire à vue sans grand discernement, Keuf ajoute à sa « base de données des odeurs » celle des balles et de la poudre. A Genève enfin, Keuf réagit de façon plus sonore pour couvrir les bruits de gueule spécifiques du flic local.

En ce qui concerne les flics sans uniforme, Keuf a développé un sens très aiguisé de l’observation, car le comportement du flic en planque est directement dicté par les chapitres d’un manuel qu’il a goulûment avalé lors de sa courte formation de base.

L’avantage de Keuf est qu’il est aussi capable des détecter les radars, fixes et mobiles, qui fleurissent ça et là, ainsi que d’un certain nombre d’objets métalliques dont la liste reste secrète.

Quand il « marque », Keuf ne se contente pas d’émettre un son : il s’occupe aussi de cravater la cible et de la calmer, avant de la reconduire prestement hors d’un rayon d’action donné.

Alceste Prigourd a déjà reçu nombre de demandes en provenance de différents pays européens pour fournir des chiens dressés ou pour y donner des cours.

Tags: , , ,

Catégorie: Justice & Flicaille

Laisser un commentaire