Kurer-Ospel : la demi-mesure du PS

14 août 2009 | par | 1 commentaire Plus loin

Bien. Après des mois de comportement un peu étrange, le PS met enfin la gomme, mais une gomme à son rythme : dans une plainte pénale aux limites de l’irrecevabilité tant la description des infractions est vague pour un juge standard.

Si le PS compte faire avancer quoi que ce soit dans cette affaire avec ce ton-là, il semble bien naïf.

Et surtout, le dépôt attendu de cette plainte montre une nouvelle fois deux carences notoires dans l’affaire UBS:  a) le parti-pris et le doigt sur la couture du pantalon chez le juge d’instruction moyen ou le procureur standard, qui ont toujours refusé d’ouvrir une action d’office et se sont réfugiés derrière une plainte qui pourrait venir .. et b) le peu de curiosité du PS.

La plainte n’est déposée que pour gestion déloyale et complicité de fraude fiscale, des bricoles en somme. Mais le plus important, notamment le faux dans les titres que constitue la présentation de bilans volontairement erronés ou tronqués est passé sous silence, comme est maladroite la plainte qui ne vise que Kurer et Ospel.

Quid des autres, et surtout quid des fonctionnaires fédéraux en charge du contrôle et qui dormaient ou jouaient sur Facebook au lieu de contrôler correctement ce qui leur était soumis.

Avec cette plainte-là, le PS fait parler de lui. Bien. Mais il ne fera pas avancer d’un pouce une cause juste qu’il semble d’ailleurs ne pas avoir trop envie d’illuminer.

Est-ce à dire que même le parti de Christian Levrat ne veut ni trop tirer sur l’ambulance ni trop expliquer à quelle hauteur se montaient les subventions annuelles de la banque ?

Et qui fera les avances de frais des premières expertises que les mis en cause ne manqueront pas de réclamer ? le PS ? le public ? et cette plainte n’est-elle pas un alibi pur et simple pour éviter que d’autres soient déposées ailleurs …

Ou bien on se donne les moyens de frapper, ou alors on joue juste la provocation. Mais pour de la provocation politique pure, le pénal c’est cher, surtout quand c’est aussi mal fagoté, puisqu’elle contient même une magnifique faute d’orthographe à la quatrième ligne.

Pas sérieux tout ça.

Tags: , , , ,

Catégorie: Justice & Flicaille

Commentaires (1)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. olivier melet dit :

    Hmmm… C’est pourtant clair.

    Une attaque médiatique modérée reste admise par les ‘sponsors’.

    Cependant une mise en difficulté du système hors des éventuels boucs émissaires rétribués en conséquence est proscrite, sous peine d’ostracisme.

    Et dans notre système oligarchique coopté, l’ostracisme c’est la peine capitale pour l’homo politicus qui se ferme ainsi toute porte d’accès à la manne des conseils d’administration, récompense traditionnelle de notre belle ‘démocratie’ pour ses bon petits soldats.

    On ne va tout de même pas scier la branche sur laquelle on est assis, n’est-ce-pas?

Laisser un commentaire