La Caisse unique … malgré tout

17 novembre 2007 | par | 2 commentaires Plus loin
fusion.jpg
 
On se souvient encore très bien des arguments des assureurs qui s'élevaient par tous les moyens, même les plus étranges, pour éviter que le peuple accepte la votation sur la caisse unique d'assurance-maladie. Or on apprend aujourd'hui que la CSS a avalé l'INTRAS donnant ainsi naissance à un géant qui détiendra pas loin de 20 % du marché suisse de l'assurance-maladie. Bien sûr cette fusion est accompagnée des traditionnelles promesses sur le maintien des emplois, un blabla usuel qui ne durera que le temps de mettre en place des structures et des contrôles internes compatibles, puis laissera la place à un dégraissage calibré.
 
Et que fera ce géant une fois sa fusion digérée ? il recommencera à voracement "intégrer" pour ne pas dire fusionner. Bref, dans les trois prochaines années on va assister encore à de nombreux regroupements, fusions ou autres conjugaisons qui vont finir par ne laisser subsister sur le marché probablement que trois caisses-maladie au maximum, qui se ressembleront comme des triplées et dont les conditions de couverture et de coût seront miraculeusement quasi monopolistiques.
Ce genre de situation ne vous fait-il pas penser à la Caisse unique que le peuple a refusée ? moi si, avec une petite différence, c'est que les bénéfices n'iront jamais en faveur des assurés mais passeront dans des frais somptuaires de construction de sièges sociaux luxueux, dans des rémunérations de dirigeants totalement exagérées et finalement dans la poche d'actionnaires ou de sociétaires.
 
En n'écoutant pas ce que les partis qui défendaient la Caisse unique leur ont expliqué, les électeurs suisses se sont tirés un magnifique coup de pistolet dans le pied. Ils vont avoir la Caisse unique (ou presque) après l'avoir refusée et tout en n'ayant pas les avantages de la caisse unique, qu'ils ont refusés. C'est ce qui arrive quand on veut ne voir que le bout de son nez au travers de lunettes salies par la propagande des grands groupes.
 
Car vous croyez vraiment que les caisses-maladie sont des mécènes ou des agents sociaux ? regardez un peu le type de contrôles inopinés auxquels elles se livrent de plus en plus, notamment à l'aide d'enquêteurs souvent aussi moustachus et subtils que les Dupont-Dupond.
 
Bien sûr que la Caisse unique avait peut-être quelques inconvénients, notamment au niveau des coûts de fonctionnement. Mais la preuve que ces inconvénients sont maîtrisables est justement donnée par ceux qui aujourd'hui fusionnent et créent des mammouths, sachant parfaitement comment ils vont faire pour que les frais administratifs soient réduits au maximum.
 
Triste destin d'une belle idée qui n'a pas convaincu, et juste mais coûteux retour des choses pour un électorat qui n'a pas réfléchi. 

Tags: , , , , ,

Catégorie: Res politica

Commentaires (2)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. mousseman dit :

    Le problème avec la caisse unique était que cela aurait du se faire par un mandat de l’état. Ici, c’est la marché qui a decidé.

    Et avec le système actuel, il y a toujours la possibilité de fonder une nouvelle caisse pour créer une concurrence sur les prix, ce qui a comme tendence de faire basser les prix.

    Mais la seule méthode pour avoir une solution au problème des primes montantes et que les caisses peuvent refuser de payer pour les préstateurs trop chers, et d’abolir ce qu’on appelle l’obligation contractuelle (terme?) entre caisses et préstateurs. Une autre idée surement très efffective pour faire baisser les primes et d’abolir l’obligation de devoir s’assurer dans le système de la LAMAL.

  2. kalvin dit :

    La Lamal est un foutoir législatif raté, malgré les bonnes intentions qui ont présidé à sa naissance.

Laisser un commentaire