La liste de Merz

Ainsi la Suisse est-elle affublée de la couleur gris clair, gris souris ou gris taupe selon que Securitas est loin de l’action ou non. Le pays des droits de l’homme, du CICR, le gardien des Conventions de Genève est donc sur une liste grise dressée de façon assez ridicule par un G 20 pressé par les effets d’annonce et qui vient d’ailleurs d’en modifier la première mouture en biffant l’Uruguay, dont on connait tant l’ouverture que la démocratie rayonnantes…

On aurait mis les Helvètes sur la liste noire que ça n’aurait rien changé du tout : cette liste est un foutoir sans queue ni tête, elle ne rime à rien car elle recèle des trous d’importance mondiale : du côté des USA, à Londres même, à Hong Kong et Macao pour ne citer que les territoires blanchisseurs en vogue ces temps.Toujours est-il que notre pays figure sur la liste aux côtés de Monaco et autres principautés douteuses.

Et si la Suisse se trouve sur cette liste, c’est grâce aux bons soins du docteur Merz, qui évidemment n’avait rien vu venir. C’est clair qu’il ne peut pas tout faire à la fois, compter ses sous et faire de la politique intelligente et active. Mais on aurait pu espérer qu’en se déplaçant à gauche et à droite et en ouvrant le yeux à temps, il lui prenne l’envie de faire en sorte que son pays ne soit pas mis ainsi au ban de nations civilisées pour quelques années.

Car le « bon » petit père l’a déjà annoncé, on ne va pas dicter de rythme à la Suisse pour amender sa législation: ça prendra le nombre d’années que ça prendra !

C’est exactement avec ce genre d’élucubrations entêtées que Merz a fait en sorte de ne pas être capable d’éviter la liste à la Suisse. Et avec cette inaction et ce manque de vista politique, il a mis lui-même son pays dans une position de perdant-perdant : un secret bancaire bancal et désormais vide de sens (effet collatéral auquel il ne pensait pas, le bougre) et la présence sur une liste infamante qui était parfaitement évitable.

Même si cette présence ne présente guère de risques en l’état pour une Confédération Helvétique politiquement à la ramasse, il faudrait quand même que son gouvernement se reprenne et agisse. Mais c’est vrai que les gérontes qui le composent pour l’essentiel sont plus habitués à inaugurer les chrysanthèmes, encaisser leur rente AVS et à fêter leur propre anniversaire dignement qu’à agir intelligemment.

Un coup de balai est urgent: Couchepin, Merz et Leuenberger n’ont plus rien à faire au gouvernement : de toutes façons ils y dorment ou/et oublient de faire le strict nécessaire, le service minimum confédéral.

On change une équipe qui perd, puisqu’en plus de ça elle n’a pas d’entraîneur.

Tags: , , , , , ,

Catégorie: Economie, Res politica

Commentaires (5)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Apathie du CF, Merz est pathétique et l’entêtement est bien paysan. Néanmoins et comme toujours, il nous reste la stabilité du franc suisse et du gouvernement. Cela pourra encore attirer des clients.

  2. Rentier et SDF depuis 12 ans, j’ai décidé de céder à mon fils, vivant en Russie, mon compte caché à l’UBS. Je me sens soulagé. Les bâlois font la gueule, le Luxembourg lui ouvre les bras. La guerre des tarifs. Adieu le secret fiscal, la poule aux oeufs d’or.

  3. Nous avons eu la folle de Chaillot et Calmy la mythomane et maintenant le gentil Merz, dit le financier, tous les deux en partance pour Washington pour négocier, mais négocier quoi ? Couple pathétique. S’inventant une mission auprès de Barak qui ne lui a rien demandé, la Calmy d’un physique ingrat, s’occupant de ce qui ne la regarde pas, nous ridiculise. De la Suisse, Barak ne connait que le chocolat et nos vaches qui pêtent et polluent. Chantons tous en coeur le pays valesco et Calmy aux fourneaux, elle y sera plus utile. Bon voyage pour un nouveau flop.

  4. Merz est vraiment à côté de la plaque. Pratiquement, le secret banquaire n’est plus, mis à part pour les suisses et entreprises suisses en Suisse, les résidents étrangers, à l’exception des citoyens américains, etc. Le cas par cas est ridicule. Il ferrait mieux avec la Calmy qui fait du nomadisme, de s’occuper du sort de nos deux ressortissants à Tripoli, de la plainte de cette dernière, bref, faire preuve d’un peu d’humanisme.

  5. Le 28 prochain, nos actifs toxiques, Merz et la Calmy, monteront au créneau. Apporteront-ils encore un peu de Vichy avec une liste autorisée de la Finma, ce qui ressemble à de la délation, pour garantir quelques licences, la libre circulation des biens et des personnes? Le grand Sam les attend avec compassion. Pauvre Suisse.

Laisser un commentaire