La truie phosphorescente

10 janvier 2008 | par | 4 commentaires Plus loin

cochons-verts.jpg

On connaissait le ver luisant, petit machin sympa et par ailleurs naturel. Mais voilà que des scientifiques chinois ou plutôt Taiwanais ont créé une truie phosphorescente transgénique dont, avantage considérable, la queue et la langue peuvent permettre l'émission d'une lumière verte dans l'obscurité.

Les scientifiques en question cachent la justification de leur action dans la nécessité de trouver et de fournir des "cochons spéciaux pour fournir à l'avenir des organes pour des opérations de transplantations pour les humains".

Outre que la queue phosphorescente ne semble pas être un avantage pour le genre humain, on se demande bien ce qui passe dans la tête des scientifiques ou plutôt des docteurs Folamour modernes.

Au nom de la nécessité (????, nécessité vraiment ???) de production de cellules souches, on fait vraiment n'importe quoi. Vous ne voyez pas en effet le géant Vert Brélaz se faire greffer un nez vert phosphorescent, ou Ueli Leuenberger lire ses dossiers tard le soir à la lueur de ses propres membres phosphorescents.

On veut bien croire les médecins, de moins en moins certes, idem pour les scientifiques, mais parfois il faudrait savoir raison garder. Et justement, comme d'habitude dans les médias traditionnels, on présente cette nouvelle sans aucune once d'esprit critique et comme s'il s'agissait d'une avancée normale de la science !!!… Ils font quoi les commentateurs scientifiques éclairés ? ils sont vexés de ne pas être phosphorescents ?? Quant aux chercheurs on pourrait leur suggérer de phosphorer eux-mêmes sur des problèmes plus simples et plus immédiats.

Il est par exemple ahurissant de constater que depuis que le "simple" rhumatisme existe (et pourtant il est répandu, et pourtant il constituerait un bon marché pour les vendeurs de médicaments) et bien aucun produit réellement curatif n'existe, on ne soigne que les effets et pas les causes. Sans doute la recherche sur de tels sujets "simples" n'est-elle pas assez noble et pas assez voyante.

Et pourtant, ce serait une belle avancée qu'une vraie trouvaille dans ce domaine, moins phosphorescente que la truie chinoise mai ô combien plus utile.

Tags: , , , ,

Catégorie: Non classé

Commentaires (4)

Trackback URL | Comments RSS Feed

  1. Sugus dit :

    Le caractère phosphorescent obtenu par manipulation génétique n’est qu’un marqueur au service de la recherche. Le but n’est pas de rendre les gens phosphorescents ET TU LE SAIS ! La phosphorescence existe dans la nature en particulier dans la mer. La nouveauté est que la truie a transmis ce caractère à une partie de sa progéniture, le procédé lui-même existe depuis des années. Mais il est spectaculaire et offre de belles photos. Certains procédés moins photogéniques et parfois plus contestables, nul n’en parle !

    Le rhumatisme n’est pas une maladie simple, il ne s’agit d’ailleurs d’aucune maladie, mais d’une multitude. Qui peuvent toucher les os, les articulations, les muscles, les nerfs, etc. De type souvent inflammatoire mais pas seulement. Comment peux-tu dire qu' »aucun produit réellement curatif n’existe »? Il faudrait d’abord préciser de quoi tu parles. Les réponses à ce genre de problèmes sont multiples, qui peuvent aller des « produits » parfois « réellement curatifs » mais pas toujours, du mouvement, d’une meilleure hygiène de vie, etc, etc.

    Et si les cochonnets phosphorescents contribuaient à apporter des réponses à certaines affections rhumatismales… hé, hé!

    Tes analyses du monde de la finance te réussissent mieux 😉

  2. kalvin dit :

    @ Sugus

    Tu as raison, les analyses du monde financiers me sont plus familières. Ceci dit, je ne peux m’empêcher de m’étonner de certains procédés utilisés par les bons docteurs chercheurs. Ce qui me frappe est aussi le manque d’esprit critique des commentateurs payés pour. Le principe même de l’utilisation des cellules souches me pose aussi un problème éthique, de même que la transgenèse. Alors par exemple je rêverai bien sûr qu’on puisse rendre Couchepin intelligent à l’aide de trois pilules, voire même phosphorescent si nécessaire, car en cette année présidentielle, il en aurait encore plus besoin que d’habitude, mais ceci n’est malheureusement qu’utopie.

    PS: je change d’avis demain si la fréquentation d’un cochonnet vert la nuit soigne au sens « soigner » vraiment l’arthrose, par exemple 😉

  3. Michelle dit :

    « le « simple » rhumatisme existe (et pourtant il est répandu, et pourtant il constituerait un bon marché pour les vendeurs de médicaments) »

    Il constitue un fabuleux marché pour l’industrie pharmaceutique! C’est une poule aux oeufs d’or, il n’y a donc aucune raison de chercher à la tuer, comme c’est le cas pour bien d’autres maladies.

  4. kalvin dit :

    @ michelle

    Héhé, j’avais simplement pas pensé à cet aspect là de la problématique. Ce qui me navre c’est que sur le plan pharmaceutique, on ne soigne que les symptômes et encore, non sans effets collatéraux, avec des anti-machins qui perforent l’estomac.

Laisser un commentaire